Aller au menu Aller à la page

Ryu Jun-yeol : star montante

#Tout un cinéma l 2019-04-10

Séoul au jour le jour

ⓒC-JeS Entertainmnet

L'acteur Ryu Jun-yeol est partout sur les écrans en ce moment. Il a aligné plusieurs films à succès ces trois dernières années, notamment « A Taxi Driver » en 2017, faisant de lui la nouvelle star montante du cinéma sud-coréen. Il n'est pourtant pas un jeune nouveau comme le parcours de sa relativement longue carrière le montre.


*Lents débuts et succès télévisés

Ryu a souvent mentionné ses galères d'étudiant en cinéma dans une université provinciale. Il a fait tous les petits boulots possibles pour pouvoir continuer l'aventure. Il a aussi tourné dans un grand nombre de courts-métrages et de films indépendants passés inaperçus. En 2015, il est au casting d'un film indépendant qui va, enfin, faire parler de lui : « Socialphobia » de Hong Seok-jae. Le sujet est à la mode avec une traque au meurtrier par un groupe de jeunes à l'aide des dits « réseaux sociaux ». Malgré un petit box-office, le film est encensé dans les médias et le jeune acteur décroche un autre rôle important dans une série télévisée : « Reply 1988 ». Là encore, il s'agit de la vie quotidienne d'un groupe de quidams dans les années 1980. Ce dernier en jeune homme ironique casse la baraque et se crée un personnage qu'il va conserver dans ses films suivants.


* Ryu est partout

Ryu devient, du jour au lendemain, la coqueluche des directeurs de casting. Ils le veulent tous dans leurs films. Le problème, c'est qu'ils le replacent dans des contextes similaires à celui de la série à succès. Il est donc un « youngster » membre d'une bande dans « One Way Trip » qui sera un flop tout comme dans « No Tomorrow » que presque personne n'a vu. Ryu retourne donc à la télévision en 2016 pour la série « Lucky Romance » où il tient, cette fois, le premier rôle masculin. Il est le cynique directeur d'une compagnie de jeux vidéo et s'amourache d'une jeune fille superstitieuse : le succès était donc garanti.


*Beaucoup de films et quelques réussites

Les années 2016 et 2017 sont bien remplies pour Ryu. Il enchaîne après « One way trip », « No Tomorrow », « Canola » et « The Boys who Cried Wolf ». Ce ne sont pas vraiment des succès ni des films qui resteront dans l'histoire du cinéma local. Mais en 2017, il est au casting de plus gros poissons. Surtout, il donne la réplique à des aînés déjà célèbres : dans « The King », il se coltine Jung Woo-sung et Jo In-sung. Dans « A Taxi Driver », il tient le crachoir au plus grand acteur coréen Song Kang-ho. Et dans « Heart Blackened », il s'affiche rien moins qu'avec le « Old Boy » en personne alias Choi Min-shik. Même s'il ne tient là que des seconds rôles, son jeu entre naïveté et ironie sauvage prend de l'épaisseur. Consacré par ses pairs, le succès phénoménal de « A Taxi Driver » et ses 12 millions de spectateurs va propulsé Ryu parmi les stars.


*Passage aux premiers rôles

En 2018 et 2019, Ryu Jun-yeol joue les premiers rôles dans plusieurs films à succès. « Little Forest » d'abord, remake de film nippon par l’incontournable Yim Sun-rye. Ce conte écolo-new-age met en valeur la subtilité du jeu de regard de l’acteur au milieu d'un casting féminin mené par la vétérante Moon So-ri et l'étoile montante Kim Tae-ri (du « Mademoiselle » de Park Chan-wook). Dans « Believer », la même année, Ryu s'affiche dans un autre remake, hongkongais cette fois. Cette lutte des rois de la drogue avec un Song Kang-ho en roue libre est un flop tout comme « Hit and Run Unit » dans lequel Ryu tente de jouer les gros bras. Cette nouvelle mouture de son personnage reparaît dans « Money » où il tient la dragée haute au vétéran sur le retour Yoo Ji-tae. Il n'est pas certain que cet énième polar bancal fasse du bien à la carrière de Ryu qui semble vouloir délaisser ses rôles de jeune ricaneur à la mignonne frimousse au risque de perdre son public.

Contenus recommandés