Aller au menu Aller à la page

Le Gouvernement provisoire de la République de Corée et Arirang

#Aux sources de la musique coréenne l 2019-04-10

Aux sources de la musique coréenne


« Nous, le peuple de Corée ; fiers d’une histoire et de traditions resplendissantes depuis des temps immémoriaux ; épousant la cause du Gouvernement provisoire de la République de Corée, né du Mouvement pour l’indépendance du 1er mars 1919, et des idéaux démocratiques de l’insurrection du 19 avril 1960 contre l’injustice... »


C’est ainsi que commence le préambule de la Constitution de la Corée du Sud. Cette année 2019 marque le centenaire du fameux mouvement du 1er mars qui est largement connu sous le nom de « Samiljeol ». Il y a 100 ans, les habitants du pays du Matin clair se rassemblaient pour réclamer leur autonomie vis-à-vis du régime colonial, drapeau national à la main, criant « Vive l’indépendance de la Corée ! ». D’innombrables civils ont perdu la vie ou ont été blessés lors de ce vaste mouvement de résistance pacifique. Ces soulèvements à l’échelle nationale ont ensuite incité le gouvernement général japonais à adopter une politique culturelle au lieu de la domination par la force. Les Coréens ont alors compris qu’ils étaient les principaux acteurs du mouvement indépendantiste et établi le gouvernement provisoire de la République de Corée à Shanghai pour mener une résistance continue sous une forme organisée. Ce gouvernement a été constitué le 11 avril 1919 et proclamé deux jours plus tard. 


Outre celui établi à Shanghai en 1919, six autres gouvernements provisoires ont été créés en Corée et à l’étranger, ce qui témoigne de la forte volonté du peuple coréen d’obtenir son indépendance. Tous ces gouvernements provisoires ont été fusionnés pour former un seul en septembre de la même année. Les membres ont risqué leur vie pour la libération de leur pays du joug colonial. « Arirang » devait accompagner les activités des indépendantistes, ce qui nous permet de comprendre que cette mélodie n’est pas une simple chanson folklorique, mais le symbole musical du peuple coréen. 


« Arirang » est aussi le titre d’un film muet sorti en 1926. Dans la dernière scène de ce long métrage du réalisateur Na Woon-gyu, on entend une chanson baptisée « Bonjo Arirang », c’est-à-dire « la mélodie originale d’Arirang » se distinguant ainsi des anciennes variantes de la fameuse chanson folklorique. Mais c’est l’ancienne version que les membres du gouvernement provisoire devaient chanter. 


L’une des variantes d’« Arirang » largement chantée lors de la période coloniale est « Sangju Arirang », ou « Arirang de Sangju ». Les paroles de cette chanson décrivent le voyage triste des Coréens qui ont dû quitter leur ville natale bien-aimée pour s’installer au nord de Jiandao en Chine sur la rive gauche du fleuve Tumen :


« Je traverse la colline d’Arirang avec un sac sur le dos.

Père, mère, venez, j’ai entendu dire que les plaines du nord de Jiandao sont magnifiques.

Je traverse la colline de Baekdu, le cœur serré. »


Les Coréens ainsi expatriés se rassemblaient pour mener des mouvements d’indépendance dans l’espoir de regagner leur ville d’origine. 


[Liste des mélodies de cette semaine]

1. « Arirang » nouvellement arrangé et interprété par l’ensemble Prelude

2. L’ancienne version d’« Arirang » interprétée au chant par Kim Yong-woo

3. « Sangju Arirang », ou « Arirang de Sangju » interprété au chant par Kim So-hee

Contenus recommandés