Aller au menu Aller à la page

La Corée du Nord face à la pandémie de Covid-19

#La Corée du Nord que vous ne connaissez pas l 2020-03-26

Trait d’union

ⓒ YONHAP News

Cela fait maintenant deux mois que la Corée du Nord entreprend des efforts tous azimuts pour empêcher une propagation du Covid-19 sur son territoire. Les médias d’Etat ont rapporté pour la première fois l’existence du virus le 21 janvier. Trois jours plus tard, le régime communiste annonçait le lancement d'un système national d'urgence pour lutter contre cette maladie hautement contagieuse. Pyongyang alors coupé tout lien avec le monde extérieur, suspendant l’ensemble des vols internationaux et des liaisons ferroviaires et maritimes. Si le royaume ermite n’a pour l’heure rapporté aucun cas de contamination, beaucoup craignent une aggravation de la crise économique dont souffre déjà le pays.


« La Corée du Nord est le pays le plus fermé au monde. Elle peut tout bloquer de l’extérieur. Lors de l'épidémie de SRAS en 2003, elle a fermé ses frontières pendant six mois, et quatre mois pendant l'épidémie d'Ebola en 2014. À l'époque, Pyongyang prétendait n’avoir recensé aucun cas.


Bien que ses frontières soient pour l'heure hermétiquement closes, il est impossible d'empêcher les passeurs de les traverser, car c’est une question de vie ou de mort pour eux. Ils sont de mèche avec les gardes-frontières, à qui ils versent des dollars ou des yuans en échange de leur silence. Il n'est pas non plus envisageable de placer tous les cas suspects en quarantaine ni de soigner les patients, compte tenu de l’état des infrastructures médicales. Même si des décès surviennent, le régime se gardera bien d’en parler, lui qui se vante d’avoir le système de santé le plus avancé au monde. Quel que soit le nombre d'infections ou de décès, la Corée du Nord se doit de louer, à son peuple comme au monde, le leadership de son dirigeant Kim Jong-un et son excellent système de santé qui protègent le pays et sa population de la pandémie mondiale », explique Lee Joon-seok, transfuge nord-coréen et désormais chercheur à l'université des études nord-coréennes de Séoul », nous dévoile ainsi Lee Joo-seok, un réfigié nord-coréen, désormais devenu chercher à l’université des études nord-coréennes de Séoul.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >