Aller au menu Aller à la page

Moody’s maintient la note de la Corée du Sud à « Aa2 »

#Gros plan sur l'actualité l 2020-05-16

Journal

ⓒYONHAP News

Moody’s a annoncé, mardi dernier, le maintien de sa note de la dette souveraine de la Corée du Sud à « Aa2 », soit la troisième meilleure note sur une échelle de 21. L’agence de notation internationale la met sur un pied d’égalité avec le Royaume-Uni, la France, et les Emirats arabes unis. Moody’s avait relevé sa note de crédit du pays du Matin clair à « Aa2 » en décembre 2015. Depuis, elle l’a laissée inchangée. Même son de cloche chez ses deux consœurs. Standard & Poor’s (S&P) évalue le pays à « AA », sa troisième meilleure note, tandis que Fitch Ratings l’estime à « AA- », sa quatrième meilleure note. Les trois plus grandes agences de notation internationales donnent ainsi à Séoul une note de « haute qualité » dans la catégorie supérieure des dix premières notes dite « investissements ». Pour rappel, la note de crédit sud-coréenne a chuté après la crise financière asiatique de 1997. Elle a commencé à remonter la pente en 2001, et a fini par regagner la sous-catégorie A en 2002, pour poursuivre son ascension. Depuis 2016, le pays du Matin clair est noté au niveau actuel par les trois agences.


Moody’s a expliqué ce statut quo par l’impact limité de la propagation du COVID-19 sur l’économie sud-coréenne. Selon l’agence, la Corée du Sud connaîtra des dégâts réduits liés à la crise pandémique et à sa solidité financière peu affaiblie par rapport à d’autres pays, qui sont notés aux niveaux similaires. Moody’s a fait savoir que Séoul a su démontrer qu’il disposait d’une forte gouvernance et d’une capacité de gestion efficace pour amortir les chocs sur le plan macroéconomique, financier et monétaire. Ainsi, elle s’attend à ce que le pays garde un potentiel de croissance relativement solide et de bons indices au niveau des finances publiques. Toutefois, elle a fait remarquer quelques faiblesses. D’abord, comme le pays est fortement dépendant des exportations de biens manufacturés, il risque de subir inévitablement des répercussions sur la consommation et les investissements dans le sillage de la pandémie. Ensuite, le vieillissement de la population devrait peser lourd sur son budget et sa croissance économique à long terme. Enfin, les enjeux géopolitiques liés au dossier nord-coréen continuent de faire planer une ombre sur le pays.


Par ailleurs, Moody’s a jugé « stable » la perspective sur la notation du crédit souverain de la Corée du Sud. Autrement dit, elle a peu de chances de la réviser, sauf incidents imprévus. Cependant, l’agence s’est montrée pessimiste pour les entreprises sud-coréennes dont les activités et la rentabilité risquent de baisser sensiblement au prochain semestre, en raison du ralentissement de l’économie mondiale lié au COVID-19. Ainsi, elle envisage de réviser à la baisse sa note de crédit, ou d’émettre un avis « négatif » sur la perspective à l’égard de 13 des 22 entreprises privées sud-coréennes qui font l’objet de sa notation.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >