Aller au menu Aller à la page

Séoul propose des obligations de stabilisation des changes à un taux historiquement bas

#Gros plan sur l'actualité l 2020-09-12

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud a émis, jeudi, à New York, des obligations de stabilisation de devises étrangères, pour un montant de 1,45 milliard de dollars. Il s’agit de lever des capitaux afin de financer le Fonds de stabilisation des changes. L’Etat est amené à constituer celui-ci dans le but de faire face aux fortes volatilités des taux de change liés aux investissements spéculatifs, qui nuisent aux activités économiques des entreprises sud-coréennes. Autrement dit, il l'utilise pour stabiliser la valeur du won à l’extérieur, cela en achetant des devises étrangères sur le marché lorsque celles-ci se font subitement rares. Le Fonds est géré en deux comptes, l’un en won et l’autre en monnaies étrangères, auprès de la Banque de Corée (BOK). C’est au ministère des Finances d’autoriser l’utilisation de cet arsenal en cas d’urgence.


Selon le ministère compétent, le gouvernement sud-coréen a émis deux lots d’obligations, les premières libellées en dollar à l’échéance de dix ans et les secondes en euro avec une maturité de cinq ans, pour un montant respectif de 625 millions de dollars et de 700 millions d’euros. Leur taux d’intérêt est respectivement de 1,198 % et de -0,059 %, soit historiquement le plus faible niveau. Pour les obligations en dollars, cela s’explique par une baisse du taux d’intérêt des bons du Trésor américains et par la solidité financière de la Corée du Sud. En ce qui concerne celles en euro, la Corée du Sud est le premier des pays non européens à avoir émis des obligations d’Etat en euro à un taux d’intérêt négatif.


Au début, Séoul envisageait d’émettre deux paquets d’obligations à la hauteur respectivement de 500 millions de dollars et de 500 millions d’euros. Mais suite à une forte affluence de demandes, il a décidé d’en augmenter le montant jusqu’au plafond fixé pour cette année, et dans la foulée, il a pu revoir à la baisse les taux d’intérêts prévus. Fait notable : les investisseurs se divertissent davantage. Les produits financiers sud-coréens ont trouvé une grande partie des preneurs auprès des banques centrales ou des fonds publics, mais ils ont aussi attiré un nombre important de nouveaux investisseurs d’Europe et du Moyen-Orient.


Le ministre des Finances, Hong Nam-ki, qui occupe également le poste de vice-Premier ministre à l’économie, s’est félicité du fait que les obligations sud-coréennes passent pour une valeur refuge. Selon lui, le succès de cette opération confirme la confiance que la communauté internationale porte dans la solidité fondamentale économique du pays du Matin clair, qui s’est par ailleurs montrée exemplaire dans sa gestion de la crise du COVID-19 aussi bien sur le plan économique que sanitaire.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >