Aller au menu Aller à la page

L’ex-diplomate nord-coréen Jo Song-gil se serait réfugié l’an dernier en Corée du Sud

#Gros plan sur l'actualité l 2020-10-10

Journal

ⓒKBS News

Un dossier sensible vient de refaire surface. Un ancien haut diplomate nord-coréen aurait trouvé refuge en Corée du Sud et y séjournerait dans le plus grand secret depuis plus d’un an.


Jo Song-gil avait soudain disparu de la circulation en novembre 2018. A l’époque, il exerçait les fonctions d'ambassadeur par intérim de Corée du Nord en Italie, après que Rome a expulsé l’ambassadeur Mun Jong-nam de son territoire, en protestation contre le sixième essai nucléaire effectué par Pyongyang en septembre 2017. Il s’est évaporé avec sa femme à deux ou trois semaines de la fin de son mandat, alors qu’il devait bientôt regagner sa patrie. Certains supposaient que le couple, sous protection d’un gouvernement étranger, cherchait un asile dans un pays occidental. Mais sa disparition restait un mystère total. En février 2019, le ministère italien des Affaires étrangères a révélé que la fille de Jo avait été rapatriée en Corée du Nord. Selon les différentes spéculations, elle aurait refusé de s’exiler avec ses parents, ou bien elle aurait été renvoyée de force au royaume ermite. Cependant, il n’y avait aucune trace de l’ex-diplomate nord-coréen jusqu’à ce qu’une information fuite mardi dans la presse. C’est son épouse qui aurait fait la révélation via un média en souhaitant retourner au nord du 38e parallèle. Et c'est ainsi qu'on a appris que l’ex-ambassadeur par intérim nord-coréen se trouverait à Séoul depuis juillet 2019. Selon une source gouvernementale, son arrivée a été gardée totalement secrète parce qu’il l’a demandé pour assurer sa sécurité.


Jo Song-gil est le premier diplomate nord-coréen au rang d’ambassadeur qui a choisi de se réfugier en Corée du Sud depuis l’investiture officielle de Kim Jong-un à la tête du pays communiste en 2012. En 2016, Pyongyang a essuyé la défection à Séoul de l’ancien numéro deux de son ambassade à Londres, Thae Yong-ho, qui est devenu entretemps député sud-coréen. Sous le régime de Kim Jong-il, un ambassadeur en Egypte et un conseiller de l’ambassade en France se sont exilés en 1997 aux Etats-Unis. Pour rappel, c’est Hwang Jang-yop qui a été le plus haut dignitaire à trouver refuge au Sud. Après sa défection en 1997, le secrétaire international du Parti des travailleurs a vécu en Corée du Sud avant de rendre son dernier souffle en 2010.

 L’ex-diplomate Jo et sa femme sont issus, chacun, d’une famille élite dont le père était un ancien ambassadeur. Leur défection risque d’être très mal vécue par le régime nord-coréen qui se voit de nouveau discrédité. Et l’affaire tombe au pire moment suite à une escalade des tensions dans la péninsule depuis que Pyongyang a dynamité le bureau de liaison intercoréen. S’y ajoute le dernier scandale lié à un fonctionnaire sud-coréen tué par l’armée nord-coréenne. C’est dans ce contexte que l’exil de Jo Song-gil à Séoul a été dévoilé au grand jour. Et au regard du caractère sensible de ce dossier, le NIS, le Service national du renseignement, s’est refusé à confirmer l’information. D’ailleurs, les médias sont appelés à faire preuve de la plus grande retenue ne serait-ce que pour la sécurité de la fille, encore mineure, et d’autres membres de la famille du couple transfuge qui vivent actuellement en Corée du Nord.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >