Aller au menu Aller à la page
Go Top

Le gouvernement prévoit d’élargir le concept de « famille »

#Gros plan sur l'actualité l 2021-05-01

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Sud devrait reconnaître davantage de formes familiales. C’est ce qu’annonce le « 4e plan directeur sur la famille saine » pour la période 2021-2025, présenté mardi par le gouvernement.


Selon la loi, le ministre de l’Egalité des sexes et de la Famille doit établir un tel plan tous les cinq ans. Dans le texte, la « famille saine » est définie comme celle qui sait « satisfaire le besoin de tous ses membres et leur garantir une vie décente ». Pour cela, chacun doit prendre sa part à la gestion de la vie familiale : nourrir les membres, élever les enfants, ou encore assurer les tâches ménagères. Sans oublier de se respecter les uns les autres. Le « plan directeur sur la famille saine » englobe les mesures de soutien pour aider à fonder et maintenir une telle famille, y compris le dispositif destiné à renforcer l’autonomie des foyers. Une fois ce plan quinquennal adopté, le chef de l’exécutif central et des collectivités locales sont censés élaborer et mettre en œuvre un plan d’exécution en la matière.


Le quatrième plan prévoit quelques points clés. Avant tout, il annonce les mesures nécessaires pour adapter l’arsenal juridique à la réalité des familles dont la forme et la composition n’ont cessé d’évoluer ces dernières années. Il s’agit notamment de reconnaître diverses formes familiales, y compris les couples en concubinage, les familles d’accueil, entre autres, et d’inclure le compagnon ou la compagne en cohabitation dans l’étendue du concept de « conjoint » punissable pour la violence conjugale. Le texte prévoit aussi d’examiner la possibilité de reconnaître aux familles alternatives le droit à la pension de réversion ou à l’indemnisation de décès. Et de se pencher sur les naissances issues de femmes célibataires qui ont recours à la procréation médicalement assistée avec un don de sperme. D’après la nouvelle initiative, les parents pourront choisir le patronyme de leurs enfants, que ce soit celui du père ou de la mère, par consentement mutuel. Le texte prévoit également de créer une clause de loi interdisant les propos haineux envers les familles multiculturelles.


Notons que le 4e plan directeur sur la famille saine revêt une grande importance en ce qu’il lance véritablement les efforts pour mettre en phase la loi avec les familles et la société actuelle en pleine mutation. En effet, il faudrait revoir le texte juridique et la sécurité sociale basés sur la famille traditionnelle, à savoir le couple avec ses enfants célibataires. Dans les familles d’aujourd’hui, la part des foyers classiques est tombée en dessous des 30 %, tandis que celle des mono-ménages a dépassé ce seuil. Les foyers d’une ou deux personnes représentent presque 60 % du total. Par ailleurs, il est impératif d’étendre le concept de « famille » de sorte à couvrir celles qui ne sont pas liées par le sang, le mariage ou l’adoption, autrement dit à inclure les couples en union libre ou les familles d’accueil. Certains estiment que c’est un beau rattrapage. Mais d’autres redoutent que cela aggrave la déconstruction de la famille. Par conséquent, il faudra parvenir à un consensus social suffisamment fort.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >