Aller au menu Aller à la page
Go Top

La Corée du Sud célèbre le centenaire de la journée des enfants

#Gros plan sur l'actualité l 2022-05-07

Journal

ⓒYONHAP News

Le jeudi 5 mai, de nombreuses manifestations ont été organisées partout au pays du Matin clair pour marquer le 100e anniversaire de la journée des enfants et aussi pour faire plaisir aux jeunes héros et héroïnes de la fête. 


A l’origine de cette journée nationale se trouve Bang Jung-hwan, un écrivain de littérature pour enfants. En 1921, c’est lui qui a créé même le terme coréen « eorini » signifiant l’« enfant » pour donner corps au concept de celui-ci. Ainsi, Bang a appelé ses concitoyens à considérer l’enfant comme un être humain à part entière et doté d’une personnalité autonome. Il a aussi fondé l’association des jeunes du cheondoïsme, une religion autochtone dite de « la voie céleste », pour promouvoir la cause des enfants. En 1923, il a proclamé le 1er mai la journée des enfants. Mais celle-ci n’a pas pu être célébrée pleinement sous l’occupation japonaise. Elle a été reprise une fois la Corée libérée en 1945. L’année suivante, le 5 mai a été retenue comme une nouvelle date pour se pérenniser jusqu’à aujourd’hui. 


En 1957, la Corée du Sud a adopté la Charte nationale de l’enfant définissant les droits fondamentaux comme ceux de grandir dans l’amour, en bonne nutrition et dans un environnement salubre, d’aller à l’école, de s’amuser, de jouer, d’être protégé du danger, de la maltraitance, de l’abandon et de l’exploitation, entre autres. En 1991, le pays a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant mettant en avant quatre principes fondamentaux tels que le droit de vivre, survivre et se développer ainsi que le respect des opinions de l’enfant.


Au cours des 100 dernières années, le pays a su améliorer les droits de l’enfant. Aujourd’hui, les petits sud-Coréens mènent une vie plus aisée que jamais dans l’histoire. Cependant, ils souffrent, pour la plupart, d’une fièvre éducative de leurs parents face à une concurrence féroce pour enchaîner des cours privés de soutien scolaire après les classes. Par ailleurs, certains sont victimes de maltraitance ou laissés à l’abandon.


Comment rendre heureux l’enfant ? Selon les experts, la clé du bonheur est simple : bien l’écouter et le comprendre. A l’occasion du centenaire de la journée des enfants, le ministère de la Santé et du Bien-être a annoncé qu’il prendrait l’initiative de faire adopter, l’année prochaine, une loi-cadre concrétisant les droits de l’enfant et les devoirs de l’Etat pour les garantir.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >