Aller au menu Aller à la page
Go Top

Volatilité inquiétante sur les marchés financiers sud-coréens

#Gros plan sur l'actualité l 2022-06-18

Journal

ⓒYONHAP News

Une grande inquiétude ne cesse de gagner les marchés financiers et monétaires sud-coréens. Les facteurs déstabilisant sont multiples : les fortes pressions inflationnistes prolongées au niveau mondial, la politique monétaire restrictive renforcée par les Etats-Unis, et l’appréhension d’un ralentissement économique dans le pays, entre autres.


Des signes inquiétants se sont généralisés dans l’économie du pays du Matin clair. L’indice des prix à la consommation en mai a grimpé de 5,4 % en glissement annuel, soit le plus haut niveau depuis 13 ans et 9 mois. Il pourrait dépasser le seuil de 6 % en juin et en juillet. Et une « triple faiblesse », c’est-à-dire une baisse simultanée de la production, de la consommation et des investissements, a été enregistrée en avril par rapport au mois précédent. L’indicateur reflétant la conjoncture économique actuelle a reculé pour le deuxième mois consécutif, et celui prévoyant la situation économique à venir a baissé pour le dixième mois d’affilé. Ce n’est pas tout. La Corée du Sud a enregistré un double solde négatif. Sa balance courante est redevenue déficitaire en avril. Et le pays devrait enregistrer un déficit public pour la quatrième année de suite en raison de sa politique de relance économique dans le sillage de la crise du COVID-19.


Dans ce contexte, une mauvaise nouvelle est tombée. Les Etats-Unis ont vu leur indice des prix à la consommation s’accroître de 8,6 % en mai, soit le plus haut niveau depuis 41 ans. Le choc inflationniste américain a affolé les marchés financiers internationaux. Il a également secoué la Bourse de Séoul. Son indice de référence, le Kospi, a perdu 3,52 % lundi. Et il a chuté mardi sous la barre psychologique, à savoir des 2 500 points. Le même jour, le taux won/dollar a franchi les 1 290 wons. 


Dès mardi, le ministère sud-coréen des Finances a organisé une réunion de son groupe de travail chargé de répondre à l’urgence économique. Dans la foulée, le gouvernement a décidé de racheter, cette semaine, une quantité plus importante que prévue d’obligations d’État, à savoir 3 000 milliards de wons contre 2 000 milliards, soit 2,2 millions d’euros contre 1,4 million. Ce jour-là, la Banque de Corée (BOK) a tenu un rassemblement d’urgence pour faire l’état des lieux, ce en amont de la réunion de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) qui a relevé, le lendemain, ses taux directeurs de trois quarts de point, du jamais vu depuis 1994. Dans ce contexte, le vice-Premier ministre à l’économie, le conseiller présidentiel à l’économie et les patrons des institutions concernées se sont retrouvés en catastrophe jeudi matin dans le cadre de la conférence dite macroéconomique et financière. Les participants se sont engagés à renforcer leur coopération notamment sur trois fronts : lutter contre l’inflation, stabiliser les marchés financiers et monétaires ainsi qu’assurer la solidité des établissements financiers.


Les incertitudes risquent de persister. L’inversion en termes de taux d’intérêts entre la Corée du Sud et les Etats-Unis font redouter une éventuelle accélération de la fuite des capitaux étrangers. Toutefois, certains se veulent optimistes. Selon eux, le pays du Matin clair jouit d’une notation élevée de son crédit souverain. Et il offre toujours un taux directeur plus élevé, donc plus attractif, que celui d’autres pays notés au même niveau, tels que le Royaume-Uni et la France.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >