Aller au menu Aller à la page

La Corée du Sud tâche de faire face au nouveau coronavirus mortel apparu en Chine

#Gros plan sur l'actualité l 2020-01-25

Journal

ⓒYONHAP News

L’épidémie ne cesse de s’étendre depuis décembre dernier. La Chine est frappée de plein fouet par un nouveau coronavirus d’origine inconnue. C’est Wuhan qui en est l’épicentre. Selon les autorités sanitaires locales, tout serait parti d’un marché de gros de cette ville située dans la province du Hubei, qui pratique l’abattage et la vente d’animaux sauvages. C’est là où les premiers contaminés ont été recensés. Un virus porté par une des bêtes aurait été transmis à l’Homme. Depuis, des dizaines d’individus du personnel médical ont été contaminés prouvant ainsi que cette maladie est transmissible de personne à personne.

Le nouveau virus ne s’est pas cantonné à cette ville de 11 millions d’habitants. Il s’est propagé dans le Guangdong, à Shanghai et même jusqu’à Pékin. La Commission nationale de la santé publique de Chine a rehaussé hier le bilan à 25 décès et 830cas confirmés, alors qu’il avait officialisé six morts et 318 contaminations mardi dernier. L’empire du Milieu a fini par déclarer la guerre contre ce mystérieux virus, semblable au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui a sévit dans le pays en 2003. Il a cependant tenté, au début, de minimiser la situation au lieu d’y faire face activement. Ce qui l’a sans doute aggravée. D’après une équipe de recherche britannique, la Chine compterait en réalité presque 2 000 malades.

Cette propagation à grande vitesse suscite de vives inquiétudes, d’autant plus que des déplacements massifs sont attendus à l’occasion du Nouvel an lunaire. Des centaines de millions de Chinois devraient voyager dans tout le pays et partir à l’étranger, de quoi préoccuper leurs destinations de voyage préférées. D’ailleurs, le nouveau coronavirus a entretemps gagné la Thaïlande, la Corée du Sud, le Japon, et les Etats-Unis. Du coup, chaque pays monte d’un cran son niveau d’alerte, de manière à renforcer les contrôles sanitaires dans ses aéroports internationaux.

Cependant, ces contrôles aux frontières peuvent présenter certaines limites. Séoul a fait état, lundi dernier, d’un premier cas confirmé du nouveau coronavirus originaire de Wuhan. Il s’agit d’une femme de nationalité chinoise venue du foyer de l’épidémie et prise en charge à l’aéroport international d’Incheon. Elle n’avait pas de fièvre. Ce qui prouve qu’il est difficile de détecter cette maladie. Par ailleurs, Séoul a rapporté hier un second cas confirmé. C’est un homme sud-coréen âgé de 55 ans qui a travaillé à Wuhan avant de regagner son pays. Les deux patients se trouvent dans un état stable.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >