Aller au menu Aller à la page

Culture

« Le Téléphone » de Yeom Sang-seop

#Lettres coréennes l 2019-11-05

Lettres coréennes

ⓒ Getty Images Bank

Extrait de l’émission :


« Le Téléphone » a été publié dans la revue Joseon Mundan, ou Monde littéraire de Joseon, en 1925, au moment où le téléphone a commencé à se développer au sein des foyers coréens. La nouvelle montre la vie d’un couple issu de la classe moyenne à travers un appel téléphonique et les conflits conjugaux qui s’ensuivent. 



« Chéri, je viens de recevoir un appel. » dit-elle d’une voix sèche, accompagnée d’une tentative de retenir plusieurs émotions – la gêne, l’envie de rire, le mécontentement. Elle évitait les yeux de son mari, de peur qu’il ne remarque toutes ces émotions variées sur son visage. Mais ses lèvres bien serrées, agitées de petites secousses, et ses yeux amusés ne passèrent pas inaperçus. 

« Eh bien, vous devez en être contente ! Votre vœu est exaucé. » dit M. Yi d’un ton plaisant. 

Le mari se rappela alors qu’il avait donné le numéro à Chae-hong, deux jours auparavant, lorsqu’il prenait un verre au bar. 


“나 좀 보세요 지금 전화가 왔에요”


한 마디 톡 쏘고 나서 어색한 빛을 감추랴,

복받쳐오르는 웃음을 참으랴, 성을 내어 보이랴,

꼭 다문 입술이 눈웃음과 함께 쫑긋쫑긋하는 게

주인의 눈에 스치어갔다.


“전화가 왔으면 그런 반가울 데가 있나! 인제는 소원 성취했구려”


젊은 주인은 그저께 밤에 요릿집에서 술을 먹다가

채홍이에게 자랑삼아서 

그 날 저녁때 맨 전화번호를 가르쳐 준 것이 인제야 생각났다.



* Interview : Bang Min-ho, professeur de littérature coréenne à l’université nationale de Séoul

Cette scène décrit très bien l’époque à laquelle les personnages du récit vivaient. Dans l’histoire, un homme marié fréquente ouvertement un bar et flirte avec une courtisane. C’est impensable dans les relations conjugales d’aujourd’hui. Le téléphone est un moyen par lequel les coutumes de l’époque se révèlent. L’auteur Yeom Sang-seop fait ainsi la satire des mœurs de cette époque. 



« Ce genre d’incident rend la vie plus amusante ! » dit-elle.

Jamais elle ne s’était montrée aussi satisfaite durant leur vie conjugale. 

« Hmmm, en fin de compte, le vieil homme a payé le kimchi pour Chae-hong, fit-il. 

Mme Yi sourit comme si elle était soulagée, mais soudain, elle se rapprocha de son mari sans même ôter son manteau et dit :

« Chéri, ne pouvons-nous pas avoir un autre téléphone ? »

Abasourdi, M. Yi ne pouvait que rire, les yeux fixés sur sa femme. 


“가다간 이런 일두 있어야 살 자미가 있는 거야”


아씨의 신기가 이렇게 좋기란 결혼 이후에 처음일 것이다.


“흥, 그 영감 결국 채홍이에게 김장 해 준 셈이군” 


인제야 안심이 되었다는 듯이 아내는 샐쭉 웃다가

옷도 채 못 벗고 이주사 턱밑에 다가와앉아서 조르듯이 의논을 한다.


“여보, 우리 어떻게 또 전화 하나 맬 수 없소?”


남편은 하 어이가 없어서 웃기만 하며 아내의 얼굴을 빤히 들여다 본다.




Auteur :

Yeom Sang-seop est né en 1897 à Séoul et décédé en 1963. Il fait ses débuts dans la littérature en 1921 avec la publication de sa nouvelle « Une Grenouille dans la chambre aux spécimens » dans la revue Gaebyeok ou Grand commencement.  

Contenus recommandés