Aller au menu Aller à la page

Culture

Le minyo ou les chansons folkloriques

#Aux sources de la musique coréenne l 2020-02-12

Aux sources de la musique coréenne


Les caractéristiques musicales propres à une région sont nommées « tori », de sorte que le minyo de Séoul et de la province de Gyeonggi soient appelées « gyeongtori » et les chansons populaires du « namdo » soient connu sous le nom « yukjabaegi tori ». Le terme « namdo » se réfère habituellement aux provinces de Jeolla et de Gyeongsang ainsi que l’île de Jeju, mais quand on parle des chansons du sud, cette notion se limite à la région de Jeolla. « Yukjabaegi tori » désigne donc les mélodies de Jeolla qui étaient très populaires dans cette région. Il y a même un dicton qui dit que ceux qui ne savent pas chanter une chanson de « yukjabaegi tori » ne sont pas originaires de Jeolla. Ces mélodies sont généralement lentes et ondulantes, comme si toutes sortes de douleur et de chagrin se déversaient du plus profond du chanteur ou de la chanteuse. 


La chaîne de montagnes appelée « Baekdu Daegan » constitue l'épine dorsale de la péninsule, qui sépare de l'ouest, et donc du reste du territoire, les provinces de Gangwon, de Gyeongsang puis de Hamgyong,. Les minyo de cette région de l'est sont dynamiques et couvrent un large éventail de notes. Ces caractéristiques sont nommées « menari tori ». Le terme « menari », qui signifie littéralement « fleurs sauvages de montagnes », renvoie aux mélodies chantées notamment lors des sarclages des rizières telles que « Le chant de Shingosan » de la province de Hamgyong, « Cinq cents ans » et « Arirang de Gangwon » de la province de Gangwon, « Ongheya » et « Kwaejina Chingchingnane » de la province de Gyeongsang. L'appellation « menari » provient d'une anecdote sur une malheureuse femme nommée Hyangnang. Elle était maltraitée par sa belle-mère lorsqu'elle était jeune, puis par son mari, une fois mariée. N'ayant nulle part où aller, elle a fini par se jeter dans une rivière en chantant une chanson intitulée « Sanyuhwa » ou « Les fleurs de montagnes ».


L'une des chansons les plus connues de la province de Pyongan est « Sushimga », ou « Le chant des soucis ». Les chansons populaires de la région du nord-ouest comme les provinces de Hwanghae et de Pyongan sont appelés « seodo minyo », qui signifie littéralement « le chant populaire de l'ouest ». Les caractéristiques uniques de ces chants sont nommées « sushimga tori ». Les « sushimga tori », dont les paroles décrivent les sentiments de nostalgie et d’amour, reflètent le chagrin et la tristesse des habitants de ces régions, interdits d’assumer une fonction publique durant l’époque de Joseon.


[Liste des mélodies de cette semaine]

1. « Yukjabaegi » interprété au chant par Seong Chang-sun et Jeon Jeong-min

2. « Le chant du repiquage du riz de Sangju » interprété au chant par Kang Ho-jung en compagnie de l'ensemble Seulgidung

3. « Sushimga » suivi de « Yeokkeum Sushimga », la version au rythme rapide de « Sushimga », interprétés au chant par Kim Gwang-suk 

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >