Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Premier sommet entre Yoon Suk-yeol et Joe Biden à Séoul

#Gros plan sur l'actualité l 2022-05-28

Journal

ⓒYONHAP News

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol et son homologue américain Joe Biden, ont tenu, le 21 mai, leur premier sommet bilatéral au nouveau siège de la présidence dans le quartier de Yongsan, à Séoul. Le locataire de la Maison blanche a choisi la Corée du Sud comme la destination de départ de sa première tournée en Asie depuis son investiture. Le sommet Yoon-Biden s’est déroulé en trois parties : la première discussion en nombre restreint, 3 plus 3, ensuite un véritable tête-à-tête en compagnie de leurs interprètes, et enfin une réunion plus élargie, 12 plus 12.


A l’issue de leur entretien, les deux dirigeants ont donné ensemble une conférence de presse. Leur communiqué conjoint est composé de trois volets : « le pivot pour la paix et la sécurité » ; « un partenariat économique et technologique stratégique » ; et enfin « l’alliance stratégique complète mondiale : au-delà de la péninsule coréenne ». L’idée-clé est d’élargir l’alliance Séoul-Washington, autrefois limitée aux questions militaires et sécuritaires, c’est-à-dire de réaliser désormais une alliance de sécurité, d’économie et de valeurs tournée vers l’avenir. Ainsi, Yoon et Biden ont mis l’accent sur les idéologies communes telles que la démocratie, l’ordre international basé sur les règles, l’anti-corruption, et le respect des droits de l’Homme.


Le document commun évoque aussi quelques initiatives à prendre ensemble. Les deux leaders sont convenus notamment de renforcer la coopération entre leurs autorités chargées d’examiner les investissements à l’étranger et de contrôler les exportations concernant les technologies essentielles, ce afin d’éviter que l’utilisation de celles-ci porte atteinte à leur sécurité nationale et économique. Ainsi, ils ont affiché implicitement la volonté de ne pas laisser filer les technologies des semi-conducteurs aux mains de la Chine. Ils ont souligné aussi l’intention de stabiliser les chaînes d’approvisionnement mondiales autour des nations partageant les mêmes valeurs. Par ailleurs, ils ont exprimé leur inquiétude sur la situation des droits de l’Homme dans la région indopacifique avant de promettre de promouvoir les droits fondamentaux et l’Etat de droit dans le monde.


Le premier sommet Yoon-Biden donne l’impression que la Corée du Sud recentre un peu sa politique extérieure pour s’aligner davantage sur les Etats-Unis que sur la Chine. Cela risque d’irriter Pékin. Et Séoul devra savoir comment relever un tel nouveau défi diplomatique. Par ailleurs, il sera également vital de gérer au mieux la situation dans la péninsule coréenne d’autant plus que Pyongyang ne cesse de procéder à des tests balistiques et d’afficher son ambition nucléaire depuis la victoire de Yoon Suk-yeol à la présidentielle. En la matière, Séoul et Washington ont pris la décision de réactiver le Groupe stratégique et consultatif sur la dissuasion élargie (EDSCG), à savoir un dispositif lancé en 2016 mais inactif depuis quatre ans.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >