Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Moon Jae-in donne la priorité au rebond économique lors de son discours au Parlement

#Gros plan sur l'actualité l 2020-10-31

Journal

ⓒYONHAP News

Alors que l’Assemblée nationale se penche sur l’examen du budget de l’Etat 2021, le président de la République a prononcé, mercredi, un discours de politique générale à la tribune de l’Hémicycle. Et dès le début, il a donné le ton. Selon lui, il est temps de « faire absolument d’une pierre deux coups » : surmonter la crise du COVID-19 et faire rebondir l’économie.


Moon Jae-in a consacré largement son discours au volet économique. Il a d’abord défini la pandémie du nouveau coronavirus comme « une crise complexe sans précédent, qui a mis l’économie mondiale au bord de l’abîme ». Il a aussitôt affirmé sa ferme volonté d’en faire une belle opportunité de hisser la nation au rang de pays leader. Et il s’est engagé à lancer de véritables mesures de relance en vue de remettre l’économie nationale sur les rails à partir de l’an prochain. Ainsi, le chef de l’État a expliqué le projet du budget 2021, dont le montant s’élève à 555 800 milliards de wons, environ 417 milliards d’euros, de manière à assurer la solidité financière de l’Etat. En effet, il s’agit d’une hausse de 8,5 % par rapport au budget initial 2020, mais seulement de 0,2 % au regard du chiffre corrigé après quatre rallonges. Plus concrètement, le gouvernement allouera 13 % du budget aux fonds publics réservés à redynamiser les investissements, et 2 % aux infrastructures de proximité destinées à améliorer la vie de la population. Le locataire de la Cheongwadae a affiché son intention de promouvoir la reprise des exportations et la diversification des marchés en la matière. Il a également souligné les priorités accordées au maintien et à la création des emplois. Sans oublier de mettre en avant la portée de son « New Deal à la coréenne ».


Moon Jae-in est resté laconique sur deux sujets de prédilection, contrairement à ses interventions précédentes à l’Assemblée nationale. Concernant la réforme du Parquet, il s’est contenté d’appeler l’opposition à ne plus retarder le lancement de l’agence chargée d’enquêter sur la corruption de hauts fonctionnaires. Et, pour les relations Séoul-Pyongyang, il a à nouveau évoqué le grand principe d’instaurer la paix par le dialogue, et « une initiative d’une communauté intercoréenne de la vie et de la sécurité » destinée à surmonter ensemble les crises épidémiques et les catastrophes naturelles.


Le numéro un sud-coréen a préféré passer sous silence les sujets qui fâchent, tels que le scandale de la fraude fiscale Lime-Optimus ainsi que le conflit exacerbé entre la ministre de la Justice et le chef du ministère public. Une manière de ne pas froisser les partis d’opposition, d’autant plus que leur coopération est plus que jamais indispensable.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >