Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Le krach de la cryptomonnaie Luna

#Gros plan sur l'actualité l 2022-05-21

Journal

ⓒYONHAP News 

De grandes ondes de choc ont été provoquées par la cryptomonnaie Luna. Celle-ci et sa monnaie sœur Terra USD (UST) ont perdu presque 100 % de leur valeur. Plus de 38 milliards de dollars se sont évaporés sur le marché des crypto en seulement une semaine.


Les monnaies virtuelles Luna et Terra USD sont émises par Terraform Labs, une entreprise de blockchain créée par le sud-Coréen Do Kwon, à Singapour en 2018. Leur valeur a connu une ascension fulgurante à partir de novembre dernier pour atteindre 40,6 milliards de dollars le 9 mai, tout juste avant de subir une chute vertigineuse.


Comment alors expliquer un désamour si soudain de Luna et Terra USD ? En fait, Terra USD avait bénéficié d’une grande popularité parce qu’elle était réputée être un « stablecoin », à savoir une monnaie numérique stable, garantissant la parité avec le dollar américain grâce à un mécanisme algorithmique, contrairement à d’autres cryptomonnaies liées à des actifs réels. Il s’agit de maintenir la valeur d’un UST à un dollar via un protocole d’ancrage. 1 UST s’échange avec 1 Luna. Si le cours de l’UST tombe à 0,8 dollar, son propriétaire n’a qu’à l’échanger contre l’équivalent d’un dollar en LUNA pour regagner 0,2 dollar perdu. Dans ce cas, 1 UST est annulé sur le marché. Une baisse quantitative entraîne la hausse du cours de la monnaie. Et ce mécanisme d’arbitrage fonctionne à l’inverse si la valeur de Terra USD dépasse un dollar. Un tel système de finance décentralisé a attiré de nombreux investisseurs en leur payant un taux d’intérêt annuel très élevé à 20 %. C’était théoriquement parfait. En réalité, les investisseurs paniqués par la volatilité de la cryptomonnaie ont préféré récupérer leurs dépôts en Terra USD et les vendre au plus vite sur le marché au lieu de les échanger en Luna. Ce qui a créé un cercle vicieux pour faire tirer vers le bas les deux monnaies numériques.


Do Kwon, le patron de Terraform Labs, a reconnu son échec en twittant ceci : « J’ai le cœur brisé de savoir que mon invention vous a apporté tant de souffrances ». Et il a présenté un plan de reconstruction consistant notamment à lancer la blockchain Terra 2. Mais les investisseurs sont nombreux à lui tourner le dos. Certains critiquent vivement son invention comme une « vente pyramidale » en cryptomonnaies.


Il est difficile de savoir exactement quelles pertes ont été subies en Corée du Sud. A la date du 15 mai, environ 280 000 personnes détenaient 70 milliards Luna sur les cinq grandes plateformes locales de cryptomonnaies. Or, les autorités financières sud-coréennes n’ont pas la compétence juridique pour mener une enquête sur Terraform Labs ou superviser cette entreprise. Il est donc temps de créer une loi-cadre relative aux actifs numériques.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >