Aller au menu Aller à la page
Go Top

A la loupe

Protection des données : Google et Meta écopent d’une amende très salée

#Gros plan sur l'actualité l 2022-09-17

Journal

ⓒ YONHAP News

Les autorités sud-coréennes assènent un véritable « coup de massue » à deux géants américains dits « Big Tech ». Google et Meta étaient accusés d’avoir enfreint la loi relative à la protection des données personnelles en collectant des informations de leurs usagers sans consentement préalable, ce notamment pour les utiliser dans des publicités personnalisées en ligne. La Commission de protection des informations personnelles de Corée (PIPC) a décidé, mercredi, de les sanctionner.


La PIPC a condamné Google et Meta à une amende respective de 69,2 milliards de wons et de 30,8 milliards, soit environ 50 millions d’euros et 22,2 millions. En plus, elle leur a ordonné de rectifier leurs mauvaises pratiques, de sorte que les utilisateurs soient clairement informés et puissent exercer leur liberté de décision. Selon elle, les deux géants collectent systématiquement les données comportementales de leurs usagers non seulement sur leurs propres plateformes mais aussi sur celles d’autres entreprises ou institutions, ce depuis 2016 chez Google et depuis 2018 chez Meta. Ainsi, ils peuvent rafler même des données sensibles à l’insu des propriétaires de celles-ci.


Selon l’enquête menée par la commission, la plupart des utilisateurs sud-coréens ont laissé l’autorisation d’exploitation de leurs données comportementales sur les sites tiers, à savoir plus de 82 % pour Google et 98 % pour Meta, même sans le savoir. La raison est simple. Le premier cité ne laisse pas paraître sa politique sur la protection des données personnelles sur la page d’abonnement. D’ailleurs, sur cette dernière, la configuration par défaut fait en sorte que l’accord soit déjà donné sauf modification. De son côté, Meta, connu notamment pour son service Facebook, a rédigé son dispositif en la matière presque en 700 lignes. Pourtant, ce dernier n'affichait seulement que cinq lignes à la fois par page. De plus, il ne demande même pas le consentement des abonnés.


Suite à cette sanction, Google s’en est dit navré avant d’annoncer son intention d’examiner le dossier de manière rigoureuse, alors que Meta a contesté cette condamnation tout en évoquant un éventuel recours en justice.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >