Aller au menu Aller à la page
Go Top

Vie pratique

Les danses du folklore coréen

#Carte postale sonore l 2021-02-20

Entre nous

Il existe plusieurs danses traditionnelles coréennes qui trouvent leurs racines dans la préhistoire de la péninsule. A commencer par le « salpuri-chum », une danse chamanique lente et qui, dans ses mouvements, ne fait pas forcément penser à une danse occulte. Elle est même très gracieuse, comme toutes les danses traditionnelles dont nous allons parler. 


ⓒ YONHAP News

L’histoire de la fondation de la Corée transparaît dans ces mouvements accompagnés d’instruments traditionnels à corde, à vent et à percussions. Elles étaient pratiquées lors de rites religieux comme le chamanisme, et le peuple dansait pour célébrer les dieux et les ancêtres. Cependant, deux styles bien distincts vont se former à partir de la dynastie Joseon (1392-1910), à savoir la danse de cour royale ou danse de banquet et la danse folklorique ou danse du peuple. 


ⓒ YONHAP News

Parmi les danses traditionnelles, on trouve le « taepyeongmu », littéralement la danse de la grande paix du pays. Le mouvement des bras est bien spécifique à cette danse, faisant virevolter les très longues manches de l’habit des danseurs. Elle a été classée 92e bien culturel immatériel national le 1er décembre 1988. Bien sûr, vous avez déjà dû entendre parler de nombreuses fois de la danse de l’éventail, le « buchae-chum » en coréen ! Pratiquée en groupe, elle représente des oiseaux, des fleurs, des vagues ou encore des papillons en mouvement perpétuel. La tenue des danseuses est importante, mais l’élément principal reste l’éventail. 


ⓒ YONHAP News

Le « gainjeonmokdan » est aussi une danse de groupe, c’est en fait une danse de cour célébrant les pivoines. Il est une autre danse au nom bien particulier puisqu’il s’appelle le « byungshin-chum », byungshin signifiant « handicapé, mutilé ». Eh oui, il s’agit bien de la danse des handicapés. Les mouvements de cette danse pratiquée en solo font penser à une personne handicapée qui se déplace. Elle était réalisée par les paysans pour se moquer des nobles. Aujourd’hui, elle reste très peu incarnée car considérée comme étant discriminatoire envers les handicapés. 


ⓒ YONHAP News

Evidemment, il existe d’autres danses comme le « geonmo » (danse du sabre), le « seungmu » (danse bouddhique), le « hannyangmu » (danse du boulevardier), le « janggu-chum » (danse du tambour sablier), ou encore le « bara-chum » (danse des cymbales)…

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >