Aller au menu Aller à la page
Go Top

Vie pratique

L'allée des « golbaengi » de Euljiro 3-ga

#Carte postale l 2022-03-11

Entre nous

Vous l’aurez compris, en Corée du Sud, la gastronomie n’est pas qu’une affaire de goût, c’est aussi une affaire d’ambiance. Vous pouvez donc faire confiance au quartier des affaires pour découvrir, nichés derrière les gratte-ciels, des petits coins regorgeant de mets plus délicieux les uns que les autres. Après une journée de boulot bien chargée, retrouvez l’ambiance frénétique cachée des ruelles qui s’entremêlent derrière le quartier des affaires d'Euljiro. Aujourd’hui, nous nous attaquons aux gastéropodes.


ⓒ Elody Stanislas, Getty Images Bank

Mais pas n’importe lesquels, puisque contrairement aux escargots français qui sont terrestres, les natices sont des escargots de mer. On les retrouve le plus souvent enfouis dans le sable. La cuisine se rapproche donc plus de celle des bulots ou des bigorneaux que de celle des escargots de Bourgogne. Généralement épicé, c’est un plat froid à déguster toute l’année, puisque c’est plus souvent en conserve que frais qu’ils sont consommés.


ⓒ Getty Images Bank, Elody Stanislas

Compter en moyenne 29 000 wons pour un plat de « golbaengi », soit 21,30 euros. Certains trouveront ce prix peu abordable, mais il faut avant tout penser que comme les escargots, ce n’est pas une cuisine familiale que l’on retrouve tous les jours à notre table. De plus, il est rarement dégusté au déjeuner ou au dîner, c’est un mets destiné à être accompagné d’alcool. Pour les grosses faims, pensez à y rajouter des nouilles fines, des « seomyeon », de blé ou de sarrasin.


ⓒ Getty Images Bank

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >