Aller au menu Aller à la page

Cinéma & dramas

Lee Young-ae : de Dae Jang Geum à Sympathy for Lady Vengeance

#Tout un cinéma l 2019-12-11

Séoul au jour le jour

ⓒYONHAP News

Lee Young-ae qui est la vedette du film de l’hiver 2019 « Bring Me Home » signé Kim Seung-woo a, avant tout, une carrière à la télévision dans les séries. Son grand succès étant la série Dae Jang Geum alias « Un bijou dans le palais » en français. Mais elle a aussi joué avec des cinéastes réputés comme Park Chan-wook et Hur Jin-ho. Qui est Lee Young-ae ?


* Des débuts télévisés

Diplômée de langue allemande et de cinéma et de théâtre (elle aurait même obtenu un tardif doctorat), Lee Young-ae débute dans les dramas et dans la pub non moins télévisée. Elle se fait connaître dans « How is you Husband ? » en 1993 pour la SBS. Elle connaît le succès avec « Asphalt Man » en 1995 basé sur un manhwa autour d'une sombre histoire de voitures dont les acteurs ne sont autres que les futurs stars Lee Byung-hun et Jung Woo-sung. Depuis, elle n'a jamais quitté le petit écran. Elle y a tourné presque trois séries par an jusqu'à ce qu'elle obtienne des rôles au cinéma. Et même après ces nouvelles apparitions plutôt bien vues chez des cinéastes de renom comme Park Chan-wook ou Hur Jin-ho, elle a rempilé dans les séries. C'était d'ailleurs au bon moment, celui de l'inflation des productions du genre qui lui ont permis d'avoir son grand succès : Dae Jang Geum.


* Dae Jang Geum

En 2003, la Hallyu est à son plus fort et la télévision comme le cinéma taillent de nouveaux habits neufs aux princes et autres aristocrates d'un passé redevenu légendaire. La Grande Jang-geum est basée sur l'histoire de Jang-geum cuisinière et doctoresse de la Cour sous la dynastie Joseon. Lee Young-ae obtient le rôle pour 54 épisodes. Elle doit allier la finesse de l'intelligence avec la beauté et une volonté de réussir sans borne au service de ses maîtres : elle devient l'image de la femme coréenne idéale. Cette apparence sera reprise et détournée par Park Chan-wook pour son film « Sympathie For Lady Vengeance » en 2005.


* Lee Young-ae au cinéma

Il faut revenir un peu en arrière dans le temps pour saisir la carrière de Lee Young-ae au cinéma. Après plusieurs années de routines dans les séries télévisée qu'elle enchaîne massivement, Lee est recrutée, en 1997, pour un premier rôle par un jeune réalisateur qui tourne son deuxième film, Lee Min-yong. On l'oublit souvent mais elle joue, donc, dans « Inch'Allah » l'étudiante d'échange en Algérie, inculpée d'immigration illégale et aidée par un séduisant espion nord-coréen (Choi Min-su).   Ce sera ensuite à Park Chan-wook de la faire jouer dans son célèbre « Joint Security Area » ou « JSA » en 1999. Ce film sur l'amitié entre soldats du Nord et du Sud est parfois considéré comme le premier blockbuster sud-coréen. Bref, le succès est au rendez-vous. Elle enchâine avec la romance « One Fine Spring Day » d'un autre réalisateur de renom Hur Jin-ho en 2001. Elle est donc à deux doigts de quitter le petit écran. Mais déjà l'orientation trop mélodramatique de « One Fine Spring Day » laisse subodorer le pire. En effet, son rôle dans « JSA » allait dans le sens d'une femme forte et battante qui s'embarassait peu des lois du destin ; avec « Last Present » de Oh Ki-wan, Lee Young-ae retombe encore dans le mélo. Cette fois, son entrée sur le grand écran semble tourner court. C'est donc la série Dae Jang Geum qui l'a récupère pour le succès que l'on sait. Park Chan-wook n'en a toutefois pas fini avec elle. Il la recrute à nouveau en 2015 pour jouer dans « Sympathy For Lady Vengeance ». Malgré un visage angélique, elle y sera une femme forte, sortie de prison et rongée par la vengeance.


*Le retour

Le succès est au rendez-vous de « Sympathy For Lady Vengeance » mais la carrière de Lee Young-ae, mariée à un homme d'affaire et mère de jumaux, ralentit après 2005. Elle ne tourne plus au cinéma et n'apparaît que dans une série en 2017 « Saimdang, Memoir of Colours ». Mais elle est souvent dans le show télévisés et tourne souvant dans les pays asiatiques où les séries sud-coréennes ont régalé de néo-traditionnalisme à la sauce consumériste les mères au foyer. Comme souvent, c'est donc une nostalgie qui ramène son personnage, âgé de 48 ans, sur les écrans dans « Bring me Home » en 2019. Ce retour au cinéma ne sera-t-il qu'éphèmere ? Tout le laisse à penser.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >