Aller au menu Aller à la page

Intercoréen

2e anniversaire de la déclaration de Pyongyang : le Nord garde le silence

Write: 2020-09-21 09:50:22Update: 2020-09-21 20:30:32

2e anniversaire de la déclaration de Pyongyang : le Nord garde le silence

Photo : YONHAP News

La « déclaration conjointe de Pyongyang », proclamée à l’issue du troisième sommet intercoréen, tenu du 18 au 20 septembre 2018 dans la capitale nord-coréenne, a fêté samedi dernier son 2e anniversaire. Au cours des deux dernières années, la plupart des engagements pris par les dirigeants des deux Corées visant à créer « une péninsule sans guerre » sont restés sans suite.

Certains progrès ont toutefois été constatés, notamment en matière de défense, comme la suppression des postes de garde et les recherches de restes de soldats tombés lors de la guerre de Corée, à l'intérieur de la zone démilitarisée (DMZ), une zone tampon interdite d'accès le long du 38e parallèle.

Cependant, le cercle vertueux du dialogue entre Washington et Pyongyang, et celui entre Séoul et Pyongyang, a été rompu depuis la déconvenue du deuxième sommet nord-coréano-américain de Hanoï, l'an dernier. Le régime communiste a fini par dynamiter le bureau de liaison intercoréen à Gaeseong, en territoire nord-coréen, en représailles au largage par-delà la frontière de tracts anti-Pyongyang par des transfuges nord-coréens installés au Sud.

Le président Moon Jae-in a souligné, vendredi dernier via sa page de réseau social, l’importance de mettre en œuvre l’accord intercoréen du 19 septembre, tout en exprimant son souhait de voir « l’horloge intercoréenne se remettre en marche ». De son côté, le nouveau ministre de la Défense, Suh Wook, s’est rendu le même jour au site de fouilles dans la DMZ afin de rappeler l’importance du respect de la déclaration de Pyongyang.

En revanche, aucune nouvelle liée à ce deuxième anniversaire n’a été rapportée dans les médias nord-coréens. Le royaume ermite semble concentrer ses efforts sur la lutte contre le COVID-19 et la réparation des dégâts causés par les récentes précipitations. Ainsi, l’appel au dialogue lancé par Séoul reste sans réponse depuis trois mois.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >