Aller au menu Aller à la page

Politique

L’armée nord-coréenne aurait tenté de secourir le ressortissant sud-coréen avant de l’abattre

Write: 2020-09-29 14:50:21Update: 2020-09-29 23:46:27

L’armée nord-coréenne aurait tenté de secourir le ressortissant sud-coréen avant de l’abattre

Photo : KBS News

Les autorités militaires sud-coréennes ont rendu publiques, hier, les circonstances dans lesquelles la Corée du Nord avait quand même tenté, dans un premier temps, de secourir le fonctionnaire sud-coréen avant de le tuer.   

Selon leurs explications, elles ont éte informées, le 22 septembre vers 16h 40, de la localisation de cet homme dans les eaux territoriales nord-coréennes, soit plus de 24 heures après sa disparition. Cinq heures plus tard, il a été abattu par balle par l’armée nord-coréenne. Il est donc reproché aux autorités militaires sud-coréennes de ne pas avoir réagi plus promptement.

Un responsable du ministère de la Défense a expliqué ce retard par le mauvais jugement selon lequel le Nord allait rapatrier l’homme après l’avoir secouru. On s’interroge alors pourquoi il l’a tué. 

Dans un message adressé vendredi au Sud, le régime de Kim Jong-un a affirmé avoir tiré sur une personne qui s’est illégalement introduite dans son pays. Il est cependant difficile d’écarter la possibilité qu’il l’ait abattu sur ordre d’une autorité supérieure. 

Le doute n’est tout de même pas levé sur la réaction de l’armée sud-coréenne. L’une des premières questions qui se pose est de savoir pourquoi elle n’a pas signalé sa disparition au réseau international des navires de commerce. 

Par ailleurs, le royaume ermite reste toujours silencieuse sur la demande sud-coréenne de mener une enquête conjointe sur l’incident et de rouvrir les canaux de communication militaire, coupés unilatéralement par Pyongyang en juin dernier.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >