Aller au menu Aller à la page

Politique

Pétrolier saisi par l’Iran : Téhéran nie la rumeur sur une éventuelle libération des marins

Write: 2021-01-18 13:22:33Update: 2021-01-18 14:49:45

Pétrolier saisi par l’Iran : Téhéran nie la rumeur sur une éventuelle libération des marins

Photo : YONHAP News

L'unité anti-piraterie sud-coréenne Cheonghae, dépêchée le 5 janvier dernier dans le détroit d'Ormuz au lendemain de la saisie d’un pétrolier sud-coréen par les gardiens de la révolution islamique, s’est finalement retirée face au mécontentement de Téhéran.

Cette décision a été prise par les autorités diplomatiques sud-coréennes, jugeant que la présence du destroyer n’aiderait pas à faire aboutir les négociations avec l'Iran sur la libération du « MT Hankuk-Chemi » et de son équipage, dont cinq sud-Coréens.

Rappelons que le destroyer Choi Young du 33e contingent de l'unité Cheonghae a été déployé d'urgence dans ces eaux territoriales afin de parer à toute éventualité et de protéger d’autres navires sud-coréens qui les traversent. Il s’est récemment dirigé vers le port de Mascate, à Oman, situé à environ 300 km de là.

De son côté, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a coupé court à une rumeur sur la mise en liberté imminente des marins du cargo. Du coup, il a précisé que l’arraisonnement du pétrolier sud-coréen s’était faite sur ordre du ministère de la Justice en raison d’une prétendue « pollution environnementale » dans le golfe Persique. C’est la raison pour laquelle, selon lui, cette affaire relève de l’autorité judiciaire.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >