Aller au menu Aller à la page

Intérieur

La Commission des droits de l’Homme reconnaît les faits de harcèlement sexuel par l’ancien maire de Séoul

Write: 2021-01-26 12:00:00Update: 2021-01-26 18:52:02

Photo : YONHAP News

La Commission nationale des droits de l’Homme de Corée a reconnu hier que l’ancien maire de Séoul avait harcelé sexuellement sa secrétaire d’alors. Cette conclusion a été tirée six mois après le lancement de l’enquête sur cette affaire.

Selon le résultat, le fait que Park Won-soon a envoyé à sa subordonnée des messages, des photos et des émojis inappropriés à une heure tardive de la nuit, et lui a touché les mains dans son bureau a été prouvé par les données obtenues à partir du téléphone portable de la victime ainsi que des témoignages des proches à qui elle s’est confiée à l’époque.

Pourtant, l’agence chargée de promouvoir les droits humains a affirmé ne pas avoir pu vérifier le fait que des responsables de la municipalité ont toléré ou n’ont pas empêché ces délits. Elle a tout de même pointé du doigt la faible sensibilité au genre du bureau du secrétariat, qui n’est pas parvenu à percevoir des signes d’abus sexuel dans le cadre hiérarchique.

L’enquête a également révélé que lorsque la victime avait subi une violence sexuelle commise par l’un de ses collègues en avril dernier, un policier dépêché à la mairie avait encouragé un de ses proches à la convaincre de retirer sa plainte, à la demande de l’agresseur.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >