Aller au menu Aller à la page

A la loupe

Le maire de Séoul a mis fin à ses jours

#Gros plan sur l'actualité l 2020-07-11

Journal

ⓒYONHAP News

Vendredi, les sud-Coréens se sont réveillés sous le choc. Le maire de Séoul a été retrouvé mort dans la nuit de jeudi à vendredi, sept heures après que sa fille a alerté la police de sa disparition inquiétante. Son corps a été découvert près de la porte Sukjeongmun, dans le parc du mont Bukak situé dans le nord de la capitale. Park Won-soon avait annulé toutes ses obligations professionnelles jeudi matin, en disant qu’il était indisposé.


Cette figure politique âgée de 64 ans s’est activement engagée pour servir la société civile. Après avoir réussi le Concours national de magistrature, Park a travaillé comme procureur général avant de devenir avocat. En 1996, il a pris en charge la première affaire judiciaire du pays lié à un harcèlement sexuel. Il a remporté ce procès au bout de six ans. Depuis, il s’est fait un nom en tant qu’avocat féministe et défenseur des droits de l’Homme. Par ailleurs, Park Won-soon était l’un des pionniers du militantisme civil. Il a créé la boutique « Beautiful Store », proposant de récupérer des objets donnés par les citoyens et de faire don des recettes des ventes pour de bonnes causes. Il a aussi occupé un poste clé dans la fameuse association civile « People Power 21 ». Park est devenu maire de Séoul en remportant l’élection partielle en 2011. Le début d’une vie politique fracassante. Réélu en 2014 puis en 2018, il détenait le record historique de longévité à ce poste et était l’un des favoris pour la présidentielle de 2022.


Une partie de la population voit une certaine ironie du sort dans la mort de cet homme politique, qui incarnait un avocat féministe engagé. Le jour même de sa disparition, les médias ont révélé qu’une ancienne secrétaire avait déposé, la veille, une plainte à la police l’accusant de harcèlement sexuel. Ils n’hésitent pas à faire des comparaisons, présentant Park comme la troisième personnalité du parti au pouvoir parmi les chefs de villes métropolitaines ou de provinces, à connaître une déchéance politique, suite à un scandale sexuel. Les deux cas précédents sont l’ancien gouverneur de la province de Chungcheong du Sud, Ahn Hee-jung, en 2018, et l’ex-maire de Busan, Oh Keo-don, il y a trois mois. Les deux plus grandes villes sud-coréennes orphelines de leur maire devraient organiser des élections partielles en avril 2021. Cela représentera un enjeu crucial pour la prochaine présidentielle.


La police a classé, hier, l’affaire judiciaire contre Park Won-soon sans suite, car l’intéressé est décédé. La ville de Séoul a annoncé des obsèques municipales de cinq jours pour un dernier adieu à son maire, et elle a décidé d’ériger une chapelle ardente devant la mairie pour que les citoyens puissent se recueillir.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >