Archives

Page d'accueil > Archives > Sommet intercoréen > 2018 1er sommet

2018 1er sommet

Sommet intercoréen 2018

  • Moon Jae-in - Le président de la République de Corée
  • Kim Jong-un - Président de la Commission des affaires de l'Etat de la République populaire démocratique de Corée
  • Date : le vendredi 27 avril 2018
  • Lieu : Maison de la paix de Panmunjom

Chronologie des relations intercoréennes

2017
2017
6 juillet Le président sud-coréen Moon Jae-in, en visite dans la capitale allemande, présente « l’initiative de paix de Berlin » lors de son discours prononcé à la Fondation Körber.
- Respecter la déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin et celle du 4 octobre
- Proposer une dénucléarisation garantissant la sécurité de la Corée du Nord
- Instaurer une paix perpétuelle dans la péninsule coréenne
- Elaborer une nouvelle carte économique de la péninsule coréenne
- Promouvoir des projets d'échange et de coopération à caractère non politique
3 septembre La Corée du Nord effectue son 6e essai nucléaire sur le site de Punggye-ri… Une nouvelle crise s'invite dans la péninsule.
21 septembre Le président Moon présente « l’initiative de paix de PyeongChang » lors de son discours prononcé à l'Assemblée générale des Nations unies, qui consiste à faire participer la Corée du Nord aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 de sorte à faire de ceux-ci des « JO de la paix » et à ouvrir une brèche pour régler le dossier nucléaire nord-coréen.
1er novembre Moon Jae-in présente cinq principes sur la péninsule coréenne lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.
- Ne tolérer aucun conflit armé dans la péninsule
- Dénucléariser la péninsule coréenne
- Résoudre les questions intercoréennes à l'initiative de Séoul
- Régler pacifiquement le dossier nucléaire nord-coréen
- Réagir avec fermeté à toute provocation de Pyongyang
2018
2018
1er janvier Le leader nord-coréen Kim Jong-un laisse entendre dans ses vœux du Nouvel an que son pays pourrait participer aux JO de PyeongChang et y envoyer une délégation.
9 janvier Séoul et Pyongyang tiennent leurs pourparlers de haut niveau à la Maison de la paix, située du côté sud du village de la trêve de Panmunjom, auxquels participent le ministre sud-coréen de la Réunification Cho Myoung-gyon et le président du comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la patrie Ri Son-gwon.
- La participation de la Corée du Nord aux JO d'hiver de PyeongChang
- La prise de mesures visant à apaiser les tensions militaires
- La promotion des échanges et de la coopération entre les deux pays
- Le respect des déclarations conjointes Nord-Sud
9 février La délégation nord-coréenne de haut niveau assiste à la cérémonie d’ouverture des JO de PyeongChang. Elle est conduite par la sœur cadette du dirigeant nord-coréen et membre suppléante du bureau politique du Parti des travailleurs, Kim Yo-jong, et par le président du Présidium de l’Assemblée populaire et chef de l'Etat selon la Constitution du pays communiste, Kim Yong-nam.
10 février Le président Moon reçoit la délégation nord-coréenne de haut rang à la Cheongwadae.
Kim Yo-jong transmet à Moon Jae-in une lettre de Kim Jong-un.
5 mars Cinq émissaires spéciaux de Moon Jae-in se rendent à Pyongyang, avec en tête le conseiller à la sécurité nationale de la présidence Chung Eui-yong et le directeur du Service national du renseignement (NIS) Suh Hoon, où ils rencontrent Kim Jong-un lors d'un dîner officiel.
6 mars La délégation sud-coréenne d'envoyés spéciaux regagne le pays et tient un briefing pour annoncer l'accord avec Pyongyang sur l'organisation d'un sommet intercoréen fin avril à Panmunjom
9 mars Le président américain Donald Trump accepte la proposition par Kim Jong-un de se retrouver en tête-à-tête.
15 mars Séoul inaugure un comité de préparation pour le prochain sommet intercoréen.
29 mars Séoul et Pyongyang tiennent leurs pourparlers de haut niveau au Pavillon de la réunification, situé sur le territoire nord-coréen de Panmunjom, auxquels participent le ministre sud-coréen de la Réunification Cho Myoung-gyon et le président du comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la patrie Ri Son-gwon.
Les deux parties adoptent un communiqué commun en trois points annonçant notamment la tenue du sommet intercoréen pour le 27 avril.
1-3 avril Une troupe artistique sud-coréenne donne deux concerts à Pyongyang les 1er et 3 avril sur le thème « Le printemps arrive ».
Kim Jong-un et son épouse assistent au concert des artistes sud-coréens le 1er avril.
20 avril La Corée du Nord déclare la fin de sa politique dite « byongjin » consistant à développer son économie et sa capacité nucléaire militaire en parallèle, lors de la troisième réunion plénière du Comité central du Parti des travailleurs présidée par son président Kim Jong-un.
Dans la foulée, Pyongyang s'engage à arrêter ses essais nucléaires ainsi que ses tests de missiles balistiques à portée intermédiaire et intercontinentaux (IRBM et ICBM), et à fermer son site d'essais nucléaires de Punggye-ri situé dans le nord-est du territoire.
27 avril Le « Sommet intercoréen 2018 » se tient à Panmunjom
7-8 mai Le leader nord-coréen Kim Jong-un effectue sa seconde visite en Chine.
Kim Jong-un rencontre le président chinois Xi Jinping à Dalian, dans la province de Liaoning.
9 mai Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo se rend pour la deuxième fois à Pyongyang et s'entretient avec Kim Jong-un, notamment sur la dénucléarisation.
10 mai Mike Pompeo regagne les Etats-Unis avec trois Américains d'origine coréenne longtemps détenus en Corée du Nord.
Le président américain Donald Trump annonce à travers son fil Twitter qu'il organisera un sommet avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour.
12 mai Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères annonce que son pays procédera au démantèlement du site d’essais nucléaires de Punggye-ri, situé dans la province de Hamgyong du Nord, en présence de journalistes de Corée du Sud, des Etats-Unis, de Chine, de Russie, et du Royaume-Uni.
16 mai Pyongyang avertit Séoul qu'il reporte sine die leurs pourparlers de haut niveau prévus ce jour-là, en mettant en cause l’exercice aérien sud-coréano-américain « Max Thunder » que Washington et Séoul poursuivaient depuis le 11 mai.
Dans un discours, le premier vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Kim Kye-gwan menace :
« S'ils nous forcent à abandonner unilatéralement notre arme atomique, nous serons amenés à reconsidérer la tenue du sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ».
17 mai Le chef du comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la patrie Ri Son-gwon déclare qu'il sera « difficile de s’asseoir face aux autorités sud-coréennes tant que l'actuelle situation gravissime n'est pas résolue ».
18 mai La Corée du Nord refuse de réceptionner la liste des journalistes sud-coréens souhaitant couvrir le démantèlement de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri.
22 mai (23 mai, heure de Séoul)
Le président sud-coréen Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump tiennent un sommet à la Maison blanche.
23 mai Pyongyang autorise les journalistes sud-coréens à assister au démantèlement du site de Punggye-ri.
24 mai La vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères Choe Son-hui fustige l'administration Trump qui a évoqué la possibilité d'adopter le modèle libyen de dénucléarisation :
« Nous sommes en mesure de faire subir aux Etats-Unis une tragédie terrible qu'ils n'ont jamais vécue ni imaginée jusqu'à présent ».
La Corée du Nord détruit son site d'essais nucléaires de Punggye-ri en présence de journalistes étrangers.
Le président Trump annonce l’annulation du sommet avec son homologue nord-coréen via une lettre ouverte adressée à Kim Jong-un.
25 mai Le premier vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Kim Kye-gwan déclare dans son discours :
« Nous sommes prêts à discuter avec les Etats-Unis afin de résoudre le problème, ceci à tout moment et de quelconque manière ».
Donald Trump évoque la possibilité de tenir le sommet avec Kim Jong-un le 12 juin.
26 mai Le président Moon Jae-in et le leader Kim Jong-un
tiennent leur 2e sommet surprise à Tongilgak, le pavillon nord-coréen du village de la trêve de Panmunjom,
1er juin Les deux Corées tiennent leur réunion de haut niveau à la Maison de la Paix, côté sud-coréen de Panmunjom.
– Elles discutent des modalités de mise en œuvre de la déclaration de Panmunjom.
– Elles conviennent d'ouvrir un bureau de liaison Nord-Sud sur le site du complexe industriel de Gaeseong, en territoire nord-coréen.
– Elles fixent le planning pour tenir des réunions de travail dans divers domaines
(Il s'agit d'assurer le suivi pour organiser des pourparlers militaires de rang de généraux, des pourparlers sportifs, une réunion des deux Croix-Rouge, des discussions sur la coopération dans les domaines ferroviaire, routier et forestier ainsi que la réunion de travail pour préparer les spectacles que la troupe artistique du Nord donnera au Sud en automne).
8 juin Une délégation sud-coréenne conduite par le vice-ministre de la Réunification Chun Hae-sung visite le complexe industriel de Gaeseong afin de préparer l'ouverture d'un bureau de liaison conjoint.
12 juin Kim Jong-un et Donald Trump
tiennent leur sommet sur l'île de Sentosa à Singapour, à l'issue duquel ils signent un communiqué conjoint en quatre points dans lequel ils s'engagent à :
– établir de nouvelles relations nord-coréano-américaines
– joindre leurs efforts pour instaurer la paix durable dans la péninsule
– réaffirmer la Déclaration de Panmunjom adoptée au sommet intercoréen du 27 avril et faire des efforts pour une dénucléarisation complète de la péninsule
– retrouver et rapatrier les restes des prisonniers de guerre américains et des soldats morts au combat pendant la guerre de Corée
14 juin Les deux Corées tiennent leurs pourparlers militaires de rang de généraux à Tongilgak.
– Elles adoptent un communiqué de presse conjoint et conviennent de rétablir complètement leurs lignes de communication militaire sur les côtes est et ouest de la péninsule.
Le président Moon reçoit le secrétaire d’Etat américain.
Mike Pompeo lui faire part des résultats du sommet Washington-Pyongyang.
Les ministres des Affaires étrangères de la Corée du Sud, des Etats-Unis et du Japon se rencontrent dans une réunion trilatérale à Séoul.
18 juin Les deux Corées organisent des pourparlers sportifs à la Maison de la Paix à Panmunjom, et conviennent :
– d'organiser un match de basketball en juillet à Pyongyang, suivi d'un autre en automne à Séoul ;
– de défiler ensemble aux cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux asiatiques 2018 en Indonésie et d'unir leurs équipes pour plusieurs disciplines à cette occasion.
19 juin Les autorités militaires de la Corée du Sud et des Etats-Unis annoncent la décision de suspendre leurs manœuvres conjointes « Ulchi Freedom Guardian (UFG) ».
19-20 juin Une délégation sud-coréenne effectue un nouveau déplacement sur le site industriel de Gaeseong en territoire nord-coréen afin de préparer l’ouverture d’un bureau de liaison intercoréen.
Kim Jong-un et Xi Jinping tiennent leur sommet à Pékin.
22 juin Les Croix-Rouge des deux Corées tiennent leur 12e réunion aux monts Geumgang, et conviennent :
– d'organiser en août des rencontres de familles séparées de part et d’autre du 38e parallèle pendant la guerre de Corée.
– de rénonver le site des retrouvailles aux monts Geumgang.
Séoul et Washington décident de reporter les exercices conjoints des Corps de leurs Marines dits « KMEP ».
25 juin Les deux Corées organisent une réunion de travail en vue de rétablir leurs lignes de communication militaire Nord-Sud déployées en mer Jaune et en mer de l'Est.
26 juin Séoul et Pyongyang tiennent une réunion pour la coopération ferroviaire à la Maison de la Paix.
– Ils conviennent de reconnecter les lignes ferroviaires Donghae et Gyeongui, situées respectivement à l’est et à l’ouest de la péninsule, et de moderniser leurs tronçons nord-coréens reliant les monts Geumgang au fleuve Tumen ainsi que Gaeseong à Sinuiju.
27 juin La Corée du Sud dépêche une équipe préparatoire aux monts Geumgang pour faire l'état des lieux des installations qui accueilleront les réunions de familles séparées.
28 juin Séoul et Pyongyang tiennent une réunion pour la coopération routière à Tongilgak.
– Ils conviennent de reconnecter les réseaux routiers Donghae et Gyeongui, et de moderniser leurs voies nord-coréennes reliant Goseong à Wonsan ainsi que Gaeseong à Pyongyang.
1er juillet Les deux Corées rétablissent le réseau de communication d'urgence entre les navires en mer Jaune, qui restait suspendu depuis dix ans.
2 juillet La Corée du Sud lance des travaux de rénovation en vue d'ouvrir le bureau de liaison conjoint Nord-Sud.
(Il s'agit de rénover notamment le bureau du comité de coopération et de concertation pour les échanges intercoréens, le logement des employés et le centre de soutien situés au sein du complexe industriel de Gaeseong).
3-6 juillet Une délégation sud-coréenne de 101 officiels et sportifs, dirigée par le ministre de la Réunification Cho Myoung-gyon, se rend en Corée du Nord à bord de deux avions militaires.
Pyongyang organise quatre matchs amicaux intercoréens de basket-ball.
– Des équipes mixtes de basketteurs sud et nord-coréens s'affrontent le 4 juillet.
– Des matchs amicaux se poursuivent et une réunion de travail sur les échanges sportifs se tient en parallèle le 5 juillet.
Les deux Corées échangent le 3 juillet à Panmunjom leur liste de candidats pour les réunions de familles afin de vérifier si les proches concernés sont encore en vie (250 sud-Coréens, 200 nord-Coréens).
4 juillet Séoul et Pyongyang tiennent une réunion pour la coopération forestière à la Maison de la Paix.
– Ils conviennent de moderniser les pépinières et de protéger les forêts le long de la frontière contre les fléaux et les insectes nuisibles.
5 juillet Les deux Corées organisent des pourparlers sportifs à l'hôtel Koryo à Pyongyang.
Le ministre sud-coréen de la Réunification Cho Myoung-gyon s'entretient avec le vice-président du Parti nord-coréen des travailleurs Kim Yong-chol à Pyongyang.
6-7 juillet Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo se rend à Pyongyang et s'entretient avec le leader nord-coréen Kim Jong-un.
– Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères exprime ses regrets sur l'attitude des Etats-Unis concernant la visite de Mike Pompeo.
10 juillet La Corée du Sud annonce la suspension de son propre exercice militaire « Ulchi » prévu en août.
– Séoul décide de séparer l'exercice « Ulchi » de ses manœuvres conjointes avec Washington « Ulchi-Freedom Guardian » et de mener un nouvel exercice national rebaptisé « Ulchi Taegeuk » à partir de 2019.
16 juillet La Corée du Nord et les Etats-Unis organisent à Panmunjom une réunion de travail sur le rapatriement des dépouilles de GI’s.
Cinq membres du Conseil de Corée pour la réconciliation et la coopération (KCRC), dirigé par son président Kim Hong-gul, effectuent une visite en Corée du Nord (du 16 au 19 juillet).
Le KCRC mène une concertation avec Pyongyang sur le projet de faire rapatrier les restes des victimes coréennes du travail forcé imposé par Tokyo pendant l'Occupation japonaise.
Le 17 juillet, Séoul et Pyongyang rétablissent entièrement leur ligne de communication militaire dans l’ouest de la péninsule (la communication téléphonique et la transmission par fax sont rendues possible à l’aide d'un câble à fibre optique).
24 juillet Les deux Corées inspectent ensemble le tronçon d'interconnexion de la ligne Gyeongui (de Gaeseong à Sinuiju) et leur équipe en charge de la recherche conjointe des voies ferrées organise sa première réunion.
27 juillet La Corée du Nord restitue les restes de 55 GI's aux Américains, et transmet une lettre de Kim Jong-un au président Trump.
31 juillet Les deux Corées reprennent leurs pourparlers militaires entre généraux à la Maison de la Paix.
– Elles discutent de la démilitarisation de la zone de sécurité commune (JSA), de l'exhumation commune des dépouilles de soldats dans la zone démilitarisée (DMZ), du retrait réciproque des postes de garde à titre expérimental et de l'arrêt total des actes hostiles en mer Jaune, ce sans arriver à adopter un communiqué de presse conjoint.
4 août Les deux Corées échangent à Panmunjom la liste finale de leurs candidats aux prochaines retrouvailles de familles séparées (93 sud-Coréens, 88 nord-Coréens).
8 août Les deux Corées procèdent à une inspection conjointe aux monts Geumgang pour faire l’état des lieux des ravages causés par les insectes.
9 août Pyongyang propose à Séoul d'organiser des pourparlers intercoréens de haut niveau.
L'équipe en charge de la recherche conjointe des voies ferrées Nord-Sud organise une 2e conférence au bureau de douanes et d'immigration de la ligne Gyeongui.
13 août Les deux Corées organisent des pourparlers de haut niveau à Tongilgak.
– Elles conviennent de tenir le troisième sommet intercoréen entre Moon et Kim en septembre.
20-22 et 24-26 août La 21e édition des retrouvailles de familles séparées se déroule aux monts Geumgang.
5 septembre Cinq envoyés spéciaux du président sud-coréen Moon Jae-in, avec en tête le conseiller à la sécurité nationale de la Maison bleue Chung Eui-yong, se rendent à Pyongyang et s'entretiennent avec Kim Jong-un.
Les deux parties se mettent d'accord sur le calendrier du troisième sommet.
13 septembre Les deux Corées tiennent leur 40e réunion de travail militaire à Panmunjom.
14 septembre Les deux Corées organisent des discussions de travail de haut rang pour préparer le 3e sommet intercoréen 2018, et se mettent d'accord comme suit :
– Le président Moon Jae-in se rendra à Pyongyang via un vol direct passant au-dessus de la mer Jaune.
– Les principaux événements du sommet seront diffusés en direct, y compris les premiers moments de la rencontre entre Moon Jae-in et Kim Jong-un.
Le bureau de liaison intercoréen ouvre ses portes pour instaurer un canal de communication permanent fonctionnant 24 heures sur 24, 365 jours par an.
18-20 septembre Le président Moon Jae-in et le leader Kim Jong-un
tiennent leur troisième sommet à Pyongyang.

Déclaration de Panmunjom à l’issue du sommet intercoréen 2018

Déclaration de Panmunjom pour la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne

Le président de la République de Corée Moon Jae-in et le président de la Commission des affaires de l'Etat de la République populaire démocratique de Corée Kim Jong-un ont tenu un sommet intercoréen le 27 avril 2018 à la Maison de la paix, côté sud du village de la trêve de Panmunjom, à cette période cruciale où un tournant historique est en train de se produire dans la péninsule coréenne, ce en reflétant l’aspiration constante de tout le peuple coréen à la paix, à la prospérité et à la réunification.

Les deux dirigeants ont déclaré solennellement devant les 80 millions de Coréens et le monde entier qu’il n’y aura plus jamais de guerre sur la péninsule coréenne et qu’une nouvelle ère de paix vient de commencer.

Les deux leaders ont aussi exprimé la ferme volonté de mettre fin le plus tôt possible aux derniers vestiges de la guerre froide, à savoir la division et la confrontation de longue date, d’ouvrir audacieusement une nouvelle ère de réconciliation, de paix et de prospérité pour la nation, ainsi que d’améliorer et développer activement les relations intercoréennes. Pour traduire cette volonté, ils ont déclaré, sur le site historique de Panmunjom, comme suit :

1. Le Sud et le Nord vont réaliser des progrès complets et radicaux de leurs relations de manière à retisser le lien de sang du peuple coréen et à se rapprocher plus tôt d’un avenir de coprospérité et de réunification réalisée de leur propre initiative.

Améliorer et développer les relations intercoréennes est le désir inaltérable de tout le peuple coréen et un appel urgent de notre temps qui ne saurait être remis à plus tard.

ⓛ Le Sud et le Nord ont réaffirmé le principe d’autonomie de la nation, c’est-à-dire celui de « déterminer par nous-mêmes le destin de notre peuple », et ils sont convenus de marquer un tournant décisif pour faire progresser les relations intercoréennes, cela en appliquant leurs déclarations conjointes précédentes et tous les accords déjà conclus.

② Le Sud et le Nord se sont engagés à organiser dans un bref délai des dialogues et des négociations, y compris des pourparlers de haut niveau, dans divers domaines, afin d’élaborer des mesures actives destinées à mettre en œuvre les accords de ce sommet.

③ Le Sud et le Nord sont convenus d’ouvrir un bureau de liaison conjoint à Gaesong, en territoire nord-coréen, où des représentants de chaque côté résideront en permanence, cela dans le but de favoriser les concertations étroites entre les autorités des deux Corées et de garantir les échanges et la coopération au niveau civil.

④ Le Sud et le Nord se sont accordés à promouvoir la coopération, les échanges, les visites croisées et les prises de contact à tous les niveaux dans divers domaines afin de raviver l’esprit de réconciliation et d’unité au sein du peuple coréen.

Sur le plan intercoréen, les deux parties sont convenues de faire monter l’ambiance de réconciliation et de coopération en organisant activement différents événements conjoints à des dates significatives pour les deux Corées telles que le 15 juin, date anniversaire de la déclaration conjointe du premier sommet intercoréen en 2000, en réunissant des intervenants de tous les niveaux, y compris les autorités, le Parlement, les partis politiques, les collectivités locales et les associations civiles. Sur le plan international, les deux côtés se sont accordés à participer conjointement à des événements sportifs internationaux tels que les Jeux asiatiques 2018 afin de montrer au monde entier la sagesse, le talent et l’unité du peuple coréen.

⑤ Le Sud et le Nord sont convenus de déployer des efforts pour résoudre rapidement les questions humanitaires provoquées par la division de la nation, et de tenir des réunions entre les Croix-Rouge des deux Corées en vue de mener des concertations en la matière, notamment concernant les retrouvailles de familles séparées.

Dans cet esprit, les deux côtés ont décidé d’organiser des retrouvailles de familles séparées, et ce à l’occasion du 15 août, le jour de l’indépendance de la Corée.

⑥ Le Sud et le Nord sont convenus de mettre en œuvre les projets promis dans le cadre de la déclaration conjointe du 4 octobre au deuxième sommet 2007 dans le but de réaliser le développement économique équilibré et la prospérité commune de la nation. Dans un premier temps, il s’agira de prendre des mesures pratiques pour connecter, moderniser et exploiter les routes, les voies ferrées entre Séoul et Sinuiju ainsi que celles longeant la mer de l’Est.

2. Le Sud et le Nord vont déployer ensemble leurs efforts pour atténuer les tensions militaires aiguës et pour éliminer significativement le risque de guerre dans la péninsule coréenne.

Atténuer les tensions militaires et éliminer le risque de guerre dans la péninsule coréenne est une question primordiale directement liée au destin du peuple coréen, et un enjeu crucial pour assurer une vie paisible et stable.

① Le Sud et le Nord sont convenus d’arrêter entièrement tout acte d’hostilité l’un envers l’autre dans tous les espaces, c’est-à-dire sur terre, en mer et dans les airs, qui puisse être à l’origine de tensions et d’accrochages militaires.

Dans cet esprit, les deux côtés se sont mis d’accord pour stopper tous les actes hostiles et éliminer les moyens mobilisés à cet effet, tels que la diffusion de propagande par haut-parleurs et la distribution de tracts sur la ligne de démarcation militaire à partir du 1er mai prochain, dans le but de transformer la zone démilitarisée en une véritable « zone de paix ».

② Le Sud et le Nord sont convenus d’élaborer un plan pratique visant à instaurer les « eaux de paix » aux alentours de la ligne maritime intercoréenne en mer Jaune, permettant ainsi d’év iter tout accrochage militaire accidentel et de garantir les activités de pêche en toute sécurité.

③ Le Sud et le Nord se sont engagés à prendre différentes mesures militaires nécessaires pour dynamiser la coopération, les échanges, les visites croisées et les prises de contact.

Dans cette optique, le Sud et le Nord sont convenus d’organiser régulièrement des rencontres au niveau des autorités militaires, y compris des rencontres entre les ministres de la Défense, afin de discuter et de résoudre les problèmes posés par les deux côtés. A ce propos, les deux côtés ont décidé de tenir dans un premier temps des pourparlers militaires au rang de généraux en mai prochain.

3. Le Sud et le Nord vont coopérer activement pour établir un régime de paix permanent et solide sur la péninsule coréenne.

Mettre fin à l’état actuel anormal de l’armistice et établir un régime de paix solide sur la péninsule coréenne est une mission historique qui ne saurait être remise à plus tard.

① Le Sud et le Nord ont réaffirmé leur accord de non-agression excluant toute utilisation de la force par l’un contre l’autre sous quelle forme que ce soit, et ils sont convenus d’honorer strictement cet engagement.

② Le Sud et le Nord se sont accordés à mettre en œuvre le désarmement par étapes à mesure que les tensions militaires s’apaisent et que les deux armées établissent une confiance mutuelle.

③ Le Sud et le Nord espèrent déclarer la fin de la guerre, remplacer l’armistice par un traité de paix et instaurer un régime de paix permanent et solide dans le courant de cette année qui marque le 65e anniversaire de l’armistice, et à cette fin, ils se sont engagés à œuvrer activement à l’organisation de pourparlers tripartis réunissant Séoul, Pyongyang et Washington, ou à des rencontres quadripartites impliquant Séoul, Pyongyang, Washington et Pékin.

④ Le Sud et le Nord ont confirmé l’objectif commun de parvenir à une péninsule coréenne sans nucléaire au moyen d’une dénucléarisation totale.

Le Sud et le Nord ont partagé l’idée selon laquelle les initiatives prises par la Corée du Nord sont très significatives et primordiale pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, et ils sont convenus d’assurer leurs responsabilités et rôles respectifs en la matière.

Le Sud et le Nord sont convenus de chercher activement à obtenir le soutien et la coopération de la communauté internationale en vue de dénucléariser la péninsule coréenne.

Les deux dirigeants sont convenus d’avoir des discussions régulières et sincères sur les questions vitales pour la nation, via des pourparlers et par liaison téléphonique directe, pour renforcer la confiance mutuelle, ainsi que de s’efforcer, ensemble, de dynamiser davantage cet élan positif non seulement pour un progrès continu des relations intercoréennes mais aussi pour la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne.

Dans ce contexte, le président Moon Jae-in a accepté de se rendre à Pyongyang cet automne.

Panmunjom
le 27 avril 2018

Le président de la République de Corée
Moon Jae-in

Le président de la Commission des affaires de l'Etat de la République populaire démocratique de Corée
Kim Jong-un