Perspectives de reprise des négociations nucléaires entre Corée du Nord et Etats-Unis ㅣ La Corée du Nord à la loupe ㅣ KBS WORLD Radio

Dernières nouvelles

Perspectives de reprise des négociations nucléaires entre Corée du Nord et Etats-Unis

2019-07-18

© YONHAP News

Lors de leur sommet impromptu qui s’est tenu au village de la trêve de Panmunjom le 30 juin dernier, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sont tombés d’accord pour redémarrer d’ici deux à trois semaines les réunions de travail visant à négocier la dénucléarisation de la Corée du Nord. Depuis, ces pourparlers n’ont toujours pas repris. Mardi, Pyongyang a même déclaré son intention de lier sa participation à ces négociations aux exercices militaires conjoints organisés en août par la Corée du Sud et les Etats-Unis. 


« Un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué datant de mardi que la reprise des pourparlers nucléaires avec les Etats-Unis seraient compromise si Washington persistait à organiser ces manœuvres militaires prévues le mois prochain. Cette déclaration pourrait être interprétée comme le refus de Pyongyang de participer à ces négociations de travail. En fait, le régime de Kim Jong-un préfère une diplomatie « top-down », c’est à dire des sommets entre les plus hauts dirigeants, plutôt que des discussions techniques face auxquelles il se montre réticent. Les deux camps ont des positions très différentes quant au processus de dénucléarisation, et la Corée du Nord estime qu’il lui sera difficile d’obtenir ce qu’elle veut en participant à ces réunions de travail. Une autre interprétation de cette déclaration nord-coréenne, c’est qu’il s’agit d’une tactique de négociation. Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a émis cet avertissement le 16 juillet, et il sait parfaitement qu’il est à présent beaucoup trop tard pour la Corée du Sud et pour les Etats-Unis d’annuler ces exercices militaires prévus en août. Mais en présentant des conditions très difficiles à accepter, le Nord pourrait tout simplement chercher à aborder ces futures négociations en position de force », avance Park Won-gon, professeur en relations internationales à l’Université Handong. Il nous offre son analyse.

Dernières nouvelles