Infos

La Peninsule coréenne de A à Z

Trait d'union

Les défis majeurs qui attendent le ministre sud-coréen des Affaires étrangères

2021-02-18

ⓒ Getty Images Bank

Alors que le processus de paix dans la péninsule coréenne est à l’arrêt depuis le sommet sans accord entre Kim Jong-un et l'ancien président américain Donald Trump à Hanoï en février 2019, tous les regards se tournent désormais vers le nouveau ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Chung Eui-yong. Dans son discours d'investiture le 9 février, celui-ci avait rappelé le caractère essentiel de la reprise de dialogue entre les deux Corées.

 

« Lors de son grand oral à l’Assemblée nationale le 5 février, Chung Eui-yong s’est dit confiant dans le fait que Kim Jong-un accepte de dénucléariser son pays. Mais les États-Unis l’ont aussitôt démenti, affirmant que la Corée du Nord a toujours le désir de développer des armes nucléaires. Un récent rapport du CRS indique que Moon était davantage disposé que Trump à faire des concessions au régime communiste, ce qui a pu créer des tensions par le passé. Cette dynamique a de fortes chances de se répéter avec Biden, avec le risque de freiner, côté américain, le processus de résolution de la question nucléaire », explique le commentateur politique Lee Jong-hoon.

 

Un autre dossier important qui attend le nouveau chef de la diplomatie sud-coréenne est celui qui concerne le « Quad », la coalition quadripartite avec les États-Unis, le Japon, l'Australie et l'Inde. Interrogé sur une éventuelle adhésion de Séoul à cette alliance militaire considérée comme un contrepoids à la Chine, Chung a déclaré que la Corée du Sud est tout à fait prête à coopérer avec n'importe quel forum régional, à condition que celui-ci soit ouvert et conforme aux normes internationales.

Dernières nouvelles