Aller au menu Aller à la page
Go Top

Pyongyang fustige la suppression de la directive américaine sur les missiles sud-coréens

#Gros plan sur l'actualité l 2021-06-05

Journal

ⓒYONHAP News

La Corée du Nord a livré sa première réaction au sommet sud-coréano-américain organisé le 21 mai à Washington. Son agence centrale de presse (KCNA) a publié, le 31 mai dans une tribune, un article au nom de Kim Myong-chol, critique des affaires internationales, intitulé : « Quelles intentions se cachent derrière la levée des directives sur les missiles ? » L’auteur reproche aux Etats-Unis d’avoir mis fin aux restrictions sur les missiles sud-coréens en qualifiant cette décision d’« acte hostile délibéré ». Il critique aussi leur double langage. Selon lui, Washington voit dans les mesures d’autodéfense de Pyongyang une violation des résolutions de l’Onu tout en accordant le droit au développement de missiles sans limite à ses alliés. Cette tribune accuse les Etats-Unis d’alimenter l’affrontement à travers leurs actions tout en proposant le dialogue. Selon elle, Séoul et Washington auraient ainsi manifesté leur désir d’envahir le régime nord-coréen et ils ne pourraient désormais plus reprocher à Pyongyang de renforcer ses capacités de défense. 


A Séoul, la prudence est de mise. Selon le ministère de la Réunification, il est inapproprié pour le gouvernement de commenter le texte signé par un individu. Celui de la Défense a affirmé que Séoul scrutait avec prudence la réaction de Pyongyang. Et d’ajouter que la Corée du Sud fait partie des pays les plus exemplaires au monde en termes de non-prolifération des missiles balistiques et qu’elle n’a cessé d’assurer la transparence et la confiance en la matière. Quant au département d’Etat américain, interrogé à ce sujet, il a répondu que les Etats-Unis étaient toujours ouverts à la diplomatie avec le royaume ermite et qu’il faudrait adopter une approche coordonnée et pragmatique pour cela.


Pour rappel, cette polémique porte sur un accord bilatéral signé en 1979. Ce traité consistait à restreindre la portée des missiles balistiques sud-coréens et le poids de leurs ogives dans le but de stopper la course aux armements en Asie du Nord-est, ce en contrepartie d’une force dissuasive offerte par les Etats-Unis. Il a été révisé à plusieurs reprises pour prolonger la portée balistique jusqu’à 800 km. Le texte a enfin été abrogé lors du dernier sommet Séoul-Washington. Ce qui donne des ailes à la Corée du Sud qui est désormais libre de développer ses fusées spatiales. Une fusée peut servir à mettre en orbite un satellite autour de la Terre, mais elle peut se transformer aussi en un missile balistique avec une ogive. C’est ce qui fait craindre la Corée du Nord au point de se montrer contradictoire : elle considère ses missiles balistiques comme un moyen d’autodéfense tout en critiquant la levée des restrictions sur le développement des missiles sud-coréens comme un acte hostile à son encontre.

Contenus recommandés

Close

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de services. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail >