Aller au menu Aller à la page

International

Reuters : les deux Corées pourraient connaître une barrière de langue

Write: 2018-08-11 11:31:25Update: 2018-08-11 19:46:36

Reuters : les deux Corées pourraient connaître une barrière de langue

Photo : YONHAP News

Alors que les efforts d’échanges intercoréens continuent, des différences de termes utilisés de part et d’autre de la frontière pourraient devenir une barrière dans l’amélioration des relations entre Séoul et Pyongyang. C’est ce qu’a rapporté vendredi l’agence de presse Reuters.

Petite explication : les deux Corées utilisent la même langue. Mais depuis la division de la péninsule, en 1945, le coréen a évolué de différentes manières au Sud tout comme au Nord. Du coup, beaucoup de mots et d’expressions qu’utilisent les habitants des deux pays ont un sens différent, parfois même incompréhensible.

Reuters donne plusieurs exemples. Les ouvriers nord-coréens du complexe industriel de Gaeseong ne comprenaient pas le mot « container » que les sud-Coréens ont emprunté de l’anglais pour désigner les conteneurs, ces grandes caisses métalliques de transport de marchandises. Et pendant les JO d'hiver de PyeongChang, les seuls mots que les joueuses de l’équipe conjointe de hockey sur glace des deux Corées pouvaient utiliser en commun étaient « skate » et « puck » qui signifient respectivement « patin » et « disque ». En effet, au nord du 38e parallèle, les mots d’origine étrangère, surtout américaine, sont rarement utilisés.

Mais même des expressions purement coréennes ont des significations différentes. Il ne faut surtout pas dire « saljjida » à un nord-Coréen, car ce verbe qui signifie au Sud « gagner du poids » n’est utilisé que pour parler des animaux de ferme chez lui.

D’après un chercheur interviewé par l’agence de presse, les habitants des deux côtés ne comprendraient que 70 % des mots utilisés par l’autre.

Contenus recommandés