Archives

Page d'accueil > Archives > Pourparlers à six > 2e round

2e round

Grandes lignes

Grandes lignes
Lieu et place 25-28 février 2004, Pékin (Chine)
Représentants
  • Lee Soo-hyuk, vice-ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur
  • Kim Kye-gwan, vice-ministre des Affaires étrangères
  • James Kelly, sous-secrétaire d’Etat adjoint pour l’Asie de l’Est et le Pacifique
  • Wang Yi, vice-ministre des Affaires étrangères
  • Yabunaka Mitoji, directeur général du bureau des affaires asiatiques et océaniques
  • Alexander Losyukov, vice-ministre des Affaires étrangères

Résultats

  • Annonce d’une « déclaration du président » en sept articles, première « lettre d’accord » des pourparlers à six de Pékin.

- Déclaration du président – Accord sur la « dénucléarisation de la péninsule » et la « coexistence pacifique des pays participants » / souligne l’utilisation de « mesures mutuellement coordonnées » pour trouver une issue à la crise.

- Accord pour conserver la dynamique des discussions en organisant un groupe de travail chargé de préparer le 3ème round des pourparlers.

Principaux points

La Corée du Nord souligne que Washington doit abandonner ses « politiques hostiles »

  • Comme pendant le 1er round, la Corée du Nord affirme que n’importe quel promesse ou accord de la part des Etats-Unis serait sans valeur s’ils n’abandonnent pas leurs « politiques hostiles ».
    Demande un « traité de non-agression Etats-Unis-Corée du Nord », la « reconnaissance de la souveraineté de la Corée du Nord », la « normalisation des relations diplomatiques Etats-Unis-Corée du Nord » et la « levée des sanctions économiques » comme preuve que les Etats-Unis ont décidé d’abandonner leurs politiques hostiles.
  • Se concentre sur : 1/ la constatation que les Etats-Unis ont l’intention de soutenir ses intentions de non-agression et d’assurer la sécurité du régime nord-coréen sous la forme d’un document officiel et 2/ la confirmation des concessions spécifiques qui seront faites par les Etats-Unis lors de la promesse de Pyongyang d’abandonner ses programmes nucléaires.
  • Certains analystes interprètent cette attitude comme un geste de bonne volonté de la part de la Corée du Nord, dans le sens où elle envisage d’abandonner ses ambitions nucléaires.

Les Etats-Unis demandent une vérification nucléaire « complète, vérifiable et irréversible » du programme nord-coréen d’uranium enrichi ainsi que des matériels et installations nucléaires civiles.

  • Les Etats-Unis répondent par l’affirmative à la demande nord-coréenne concernant les garanties de sécurité du régime, proposant la création d’un groupe de travail pour en discuter les détails.
  • Toutefois, ils étendent leurs demandes de vérification complète et irréversible non seulement aux travaux nord-coréens sur le plutonium, mais aussi sur l’uranium et sur les installations nucléaires civiles.

Les Etats-Unis et la Corée du Nord ne parviennent pas à un accord

  • La Corée du Nord dément travailler sur un programme d’uranium enrichi.
  • Pyongyang ne veut pas renoncer à l’utilisation civile (essentiellement énergétique) de l’énergie atomique, à cause des graves difficultés économiques que rencontre le pays et à son déficit énergétique chronique.
  • Pas d’accord trouvé à cause du désaccord entre Washington et Pyongyang à propos de la définition de ce que pourrait être une vérification « complète, vérifiable et irréversible ».

La Corée du Sud propose un processus en trois phases pour résoudre la crise

  • La Corée du Sud propose un processus en trois phases impliquant la coopération du Japon, des Etats-Unis et de la Corée du Sud.
  • Séoul prend l’initiative de présenter un plan d’aide énergétique en faveur de la Corée du Nord en échange de son renoncement au nucléaire, et reçoit l’appui de la Russie et de la Chine et le consentement du Japon et des Etats-Unis.
Processus proposé par la Corée du Sud en 3+3+3 phases
1단계
1ère phase
Promesse pour promesse
Corée du Sud – Etats-Unis - Japon Annonce conjointe Corée du Sud/Etats-Unis/Japon concernant les garanties de sécurité pour le régime nord-coréen
Corée du Nord Annonce de l’abandon des programmes nucléaires
2단계
2ème phase
Action pour action
Corée du Sud – Etats-Unis - Japon

Mesures coordonnées par les trois parties. Garanties de sécurité et normalisation des relations diplomatiques.

Trois étapes pour garantir la sécurité du régime
Corée du Nord Corée du Sud – Etats-Unis - Japon
Annonce de sa volonté d’arrêter ses programmes nucléaires Annonce de la volonté d’assurer la sécurité du régime nord-coréen
Commence le démantèlement Assurance provisoire
Termine le démantèlement Assurance définitive
Corée du Nord

Gel et démantèlement des programmes nucléaires

Trois conditions pour une vérification complète, vérifiable et irréversible

1) Le démantèlement doit commencer aussi rapidement que possible
2) La Corée du Nord doit accepter les inspections de la communauté internationale
3) Toutes les installations et matériels, y compris relatifs au programme d’enrichissement d’uranium, doivent être compris dans le processus

3단계
3ème phase
Corée du Sud – Etats-Unis - Japon Etablissement d’un régime de paix dans la péninsule (comprend la résolution de problèmes comme le terrorisme, les droits de l’Homme ou les missiles)
Corée du Nord Résolution de la crise

Evaluation de la rencontre

Progrès effectués dans les discussions de travail / introduction d’outils institutionnels pour poursuivre les pourparlers à 6

  • Négociations concrètes et intensives sur les exigences et les concessions à chacune des trois phases / la Corée du Nord et les Etats-Unis semblent améliorer la qualité de leurs discussions mutuelles (comparativement avec le 1er round).
  • Accord général pour tenir trois séries de discussions / accord pour introduire des outils institutionnels (comme par exemple des rencontres de travail par groupes) pour permettre la poursuite des discussions.

Le nouveau vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen, Kim Kye-gwan, amène de la souplesse dans les négociations

  • Pour ce 2ème round, la Corée du Nord a remplacé son négociateur nucléaire en chef par le vice-ministre des Affaires étrangères, Kim Kye-gwan, qui participe aux pourparlers avec une attitude qui semble dire « tout est négociable ».

Etats-Unis - manque de confiance envers la Corée du Nord, maintien de sa position initiale

  • Les Etats-Unis continuent d’affirmer que toutes les questions concernant la Corée du Nord, y compris ses programmes nucléaires, ses missiles, ses armes conventionnelles, biologiques et bactériologique et les violations des droits de l’Homme, doivent être résolues avant d’envisager la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays.
    ※ L’envoyé américain répète que tous les contacts bilatéraux direct avec la délégation nord-coréenne doivent être considérés comme des « contacts non officiels, pas des négociations ».

La divergence de points de vue persiste entre une Corée du Nord « désespérée » et des Etats-Unis « fondamentalistes »

  • Au cours de révisions de la version finale du communiqué commun concluant le 2ème round des pourparlers à six pays de Pékin, la Corée du Nord remplace la phrase « une meilleure compréhension de la position de l’autre » par « des différences qui pourront être réduites par la suite », dans l’intention de faire clairement comprendre que certaines demandes américaines fondamentales sont inacceptables (comme par exemple les conditions du démantèlement nucléaire « complet, vérifiable et irréversible » que veut imposer Washington).

1ère et 2ème rencontres entre groupes de travail

1ère et 2ème rencontres entre groupes de travail
1er groupe de travail 2ème groupe de travail
Lieu et endroit : 12-14 mai 2004, Pékin (Chine) Lieu et endroit : 21-22 juin 2004, Pékin (Chine)
Les Etats-Unis stipulent leur volonté de fournir « un large ensemble de concessions, comprenant la déclassification de la Corée du Nord en tant qu’Etat soutenant le terrorisme, à la condition qu’elle renonce totalement à ses programmes nucléaires » ; Pyongyang, de son côté, affirme que « les conditions du démantèlement nucléaire « complet, vérifiable et irréversible » demandé par les Etats-Unis sont humiliantes et ne conviendraient qu’à un pays qui aurait perdu une guerre ». Les Etats-Unis maintiennent que « la reconnaissance par la Corée du Nord de la possession d’un programme d’enrichissement d’uranium est le premier pas en direction d’un règlement de la crise ». La Corée du Nord adopte une attitude plus flexible en déclarant être d’accord pour accepter de « geler son programme de manière vérifiable ».